Fritz, la vie au fond des tranchées - Article

Fritz, la vie au fond des tranchées

 Seldell
Rédigé par Seldell
Publié le 16/09/2014

Depuis quelque temps, les jeux se concentrant sur le scénario davantage que sur le gameplay se multiplient. Si certains omettent totalement d'offrir des choses utiles à faire faire au joueur autre que se rendre d'un point à un autre, d'autres installent quant à eux un quotidien qui se verra, de temps en temps, mouvementé.

Le cas qui viendra assez rapidement en tête est sans doute Papers, Please qui plaçait le joueur aux commandes d'un garde frontière régulant les passages pour entrer dans la capitale d'une dictature : un quotidien banal et répétitif parsemé d'événements qui feront prendre divers embranchements au jeu et constitueront par petites touches le point fort du jeu.

Fritz est un jeu reprenant ce principe. Le joueur incarnera un soldat allemand donnant son nom au jeu, durant la première guerre mondial. Son quotidien se déroulera dans les tranchées avec d'autres militaires, et se composera de maintenances, de gardes de poste, de livraison de messages ou encore de réceptionner le courrier de la part de ses proches.

Jour après jour, des amitiés se lieront avec les autres hommes des tranchées mais il suffira d'un événement malheureux pour qu'ils perdent la vie de façon aléatoire. Avec différents embranchements de scénarios augmentant la rejouabilité, des dialogues à réponses multiples, des statistiques de relations ou d'état comme la faim, la malade, le traumatisme et la solitude, ou encore la gestion d'inventaire, Fritz est clairement un jeu à garder à l'oeil ! Sans se prétendre totalement historique, le jeu tente de porter une critique sur la guerre tout en faisant prendre conscience des conditions de vie dans les tranchées.

Le jeu s'était lancé sur Kickstarter en demandant 15 000 dollars et sitôt atteint, le financement a été annulé. Un donateur avait en effet confondu le point et la virgule dans la somme offerte. Suivant les pays, cette séparation des chiffres permet d'indiquer les centimes ou les milliers. Le système de Kickstarter retirant le mauvais symbole dans les dons, le "$30,00" est devenu "$3000" ! Mauvais timing pour la victime de l'erreur, puisque Kickstarter interdit de baisser son don lorsque l'objectif est proche d'être atteint ou l'est de peu. Les développeurs ont préféré annuler le financement plutôt que de ruiner un donateur.

Fritz n'a étrangement pas prévu de retourner sur un financement participatif. Il est prévu pour septembre 2015 sur Windows et Linux, et possède une page greenlight de projet précoce.

Fritz - A Game about WW1

vignette pour les réseaux
7 commentaires

Comments

 Leblop
Leblop 20 September 2014 à 22h05

Bon cette incident offre un peu de Pub en lot de consolation...mais ça reste incroyable pour une société de cette ampleur !

 Nival
Nival 18 September 2014 à 22h19

En tout cas l'a l'air bien cool ce jeu!
Enfin, en tout cas l'idée à l'air sympa, et l'ambiance qui se dégage du trailer est très bonne je trouve, avec cette petite pointe d'humour qui rend les personnages tout de suite attachants, dans le contexte général lui très sombre.
Après c'est qu'un trailer c'est sûr, et qui ne livre pas grand chose de concret...
Bon, on verra bien. Mais je garde un œil dessus!

 Shinpansen
Shinpansen 17 September 2014 à 23h31

Beau geste des développeurs. j'admire Content

 ersatz
ersatz 17 September 2014 à 08h34

Annuler toute une campagne de financement à cause d'une seule personne inattentive! Je ne sais trop qu'en penser Oo C'est un geste très noble. Mais quand même Oo J'espère que le projet arrivera à terme car ça va intéresser du monde dans mon entourage^^

 Seldell
Seldell 16 September 2014 à 17h36

A noter que l'erreur de don sur Kickstarter s'était déjà produite pour un autre projet. Mais la personne a eu la chance de pouvoir se manifester lors d'un stream du jeu et la communauté a augmenté ses dons pour permettre à la personne de remettre le sien à une hauteur "normale". Dommage que ça n'ait pas été le cas ici Content

 oursique
oursique 16 September 2014 à 18h21

C'est quand même étonnant, c'est pas les écrans de validation qui manquent.

 Seldell
Seldell 16 September 2014 à 18h57

En tant que développeur web, j'aurai tendance à être un brin méchant (et réaliste) : y'a des boulets partout et quelque soit les écrans intermédiaires pour validation, ils ne sont pas lus en mode OSEF des consignes (parce que les consignes, ça sert à rien qu'à emm**** les gens, c'est connu ^^). Y'a bien des gens qui arrivent à se retrouver à contre-sens sur l'autoroute...