Relativity, l’héritier spirituel d’Antichamber !

 Avorpal
Rédigé par Avorpal
Publié le 18/06/2015

Escher est un nom qui devrait vous parler si d’une part, vous vous êtes un jour intéressés à ses gravures représentant des architectures impossibles et d’autre part, si vous avez joué à des titres comme Monument Valley, The Bridge ou Antichamber. Dans Relativity, de Willy Chyr, nous reprenons le même principe, à savoir un puzzle-game dans un monde où la logique se dérobe face à l’improbable. En plus grand, bien plus grand.

« Relativity est un jeu qui ré-imagine les lois de l’Univers » nous explique Willy Chyr à propos du jeu sur lequel il travaille depuis novembre 2012. Et en effet, avec ses inspirations « escheriennes » qui défient notre sens de la logique, le développeur compte bien nous retourner la tête afin de faire de son jeu un puzzle-game dans la droite lignée d’un Antichamber, mais dont le terrain sera à vue de nez beaucoup plus important et aéré du plafond. Mais si esthétiquement, Relativity emprunte beaucoup à son aîné, le gameplay sera sensiblement différent puisque ici, nous pourrons inverser la gravité pour qu’un mur devienne le sol et vice versa.

Par ailleurs, tomber d’une plate-forme dans le vide n’est pas synonyme de game over puisque qu’il n’y a pas de logique de haut et de bas, ce qui nous permet, après une chute, de retourner là où nous étions avant de tomber. Tous ces éléments donneront naissance d’après ce que nous avons pu en voir, à de fameux puzzles à la difficulté bien corsée. Annoncé pour 2015 sans plus de précision, Relativity sera disponible sur Windows, Mac, Linux et Playstation 4.

vignette pour les réseaux
2 commentaires

Comments

 Sidexal

J'ai toujours pas fini Antichamber, il est vraiment pas facile. Mais ça fait plaisir Content

 Knils

J'ai fini Antichamber il y a une semaine et je dois dire que le jeu est vraiment bon et un excellent puzzle-game. Il fait partie de ces jeux où il faut vraiment réfléchir et ne pas hésiter à essayer afin de découvrir ce que le jeu veut nous faire faire, mais tout cela reste logique, ce n'est qu'après avoir fini une salle ou énigme que l'on s'en rend compte.

Si je devais définir Antichamber, je dirai que c'est le mode difficile de Portal 2. Certes le scénario est beaucoup moins travaillé au niveau de la narration, puisque l'on est seul tout le long du jeu, ainsi que l'univers dans lequel on se trouve mais tout y est suggéré à l'aide de phrase que l'on découvre après chaque énigme "réussi", même l'échec est une source d'amélioration, mais je ne voudrai pas trop spoil.

Dans le genre puzzle game corsé, j'y inclurai aussi The Closure, qui par une simple mécanique de gameplay propose une idée tout juste exceptionnel et on se demande pourquoi il n'y a pas eu un jeu comme ça avant.

A voir ce que donnera ce Relativity lorsqu'il sortira