Les Carlo d'or 2019 de Seldell

Le top de l'année 2019 de... Seldell

 Seldell
Rédigé par Seldell
Publié le 30/12/2019

Tandis que 2019 touche à sa fin, il est temps comme chaque année de faire un petit bilan de la part de chacun des contributeurs du site. Ce sont ainsi 4 articles qui paraîtront et qui nommeront divers jeux dans une série de catégorie. L'année a vu de nombreux titres très attendus sortir avec un emballement surprenant entre août et octobre : autant dire que des choix auront dû être faits ! Et comme chaque année, c'est Seldell qui ouvre le bal.

Ce jeu que j'ai découvert sur le tard

Chasm

Sorti durant l'été 2018, Chasm est un jeu que j'ai suivi pendant ses trop longues années de développement. Financé en avril 2013 et devant initialement sortir en 2015, le jeu a su se faire attendre ! Sur le papier, le jeu avait tout pour me plaire : il s'agit d'un metroidvania dans un joli pixel-art avec de la génération procédurale. Lors de sa sortie, n'ayant pas obtenu de clé du jeu et manquant de temps pour y jouer de toute façon, j'avais regardé quelques avis qui étaient particulièrement mitigés, ce qui m'avait bien refroidi. Grâce au dernier Humble Monthly, j'ai finalement pu obtenir le jeu et l'essayer pour de bon ! Si j'ignore son état à sa sortie, un an et demi plus tard il se révèle être très agréable à parcourir.

Il n'invente absolument rien et ne renouvelle pas grand chose dans sa façon de faire, probablement à cause de sa sortie tardive ayant vu entre temps des dizaines de jeux du genre arriver, mais il est très loin du naufrage qu'il semblait être et sera terminé en bonne et due forme.

 

Les 3 jeux préférés de Seldell en 2019

My Time at Portia

Sorti d'accès anticipé cette année, My Time at Portia a accompagné mon début d'année. Véritable petite bulle de paix, le jeu nous met aux commandes d'un personnage qui se retrouvera près d'un village pour ouvrir son propre atelier. Au fil des journées, on fera connaissance avec l'ensemble des habitants, on pourra même tisser des liens de plus en plus forts avec eux, et on devra réaliser toutes sortes d'objectifs. Avec une composante principale liée au crafting et donc la récupération de matériaux dans les alentours, le jeu propose également de l'exploration, des combats et des mini-jeux.

Au fil des journées, on sera partagé entre les tâches quotidiennes et la progression globale des objectifs qui permettront de débloquer de nouveaux secteurs, de nouveaux moyens de locomotion, des mines et donjons à explorer sans parler de l'agrandissement de son atelier et le renouvellement de ses machines pour une efficacité optimisée. Bref, c'est un jeu calme et agréable dans lequel on apprécie de passer son temps en étant toujours occupé !


Baba is You

Attendu depuis quelques années déjà, Baba is You a su renouveler le jeu de réflexion d'une façon inédite. Aux commandes d'un petit animal blanc, il faudra résoudre de très nombreux puzzles en déplaçant des blocs de règles. L'originalité est que ces fameux blocs représentent soit un objet comme un mur, le héros ou un rocher soit un comportement, comme être poussable, bloquer le personnage ou tuer par exemple. C'est en déplaçant ces blocs et en les combinant autrement qu'on pourra réorganiser les règles qui régissent le jeu et faire preuve d'inventivité pour pouvoir atteindre l'élément de victoire étant par défaut un drapeau.

Il faudra donc se faire à la possibilité de transformer des éléments en d'autres, prendre le contrôle des murs comme de l'eau, qu'un rocher poussable dans un niveau ne le soit pas dans un autre ou même de devenir soi-même un mur ! Autant dire que les surprises seront nombreuses et risqueront fort de bousculer les habitudes. Et avoir le cerveau en ébullition pour trouver des solutions élégantes est vraiment gratifiant !


They are Billions

En accès anticipé l'an dernier et arrivé en version complète avec sa campagne en juin 2019, They are Billions est un RTS asymétrique puisqu'on ne devra pas affronter un adversaire créant lui aussi sa base, mais des hordes de zombies ayant ravagé le monde. Aux commandes de ses survivants, il faudra ainsi créer sa base, repousser progressivement les monstres pour pouvoir s'étendre davantage et accéder à de nouvelles ressources, avant de créer assez de forces armées afin de pouvoir faire face aux nombreuses hordes de centaines d'individus qui viendront s'abattre sur les barricades.

They are Billions est un jeu qui ne pardonne rien : si ne serait-ce qu'un seul zombie pénètre dans la base et parvient à détruire un bâtiment, tous les habitants deviendront à leur tour des monstres qui propageront la maladie encore plus vite dans un effet boule de neige des plus catastrophiques. Si on pouvait déjà apprécier d'apprendre à résister avec le mode survie aux niveaux générés procéduralement, la campagne a apporté des niveaux fixes permettant d'avoir des défis encadrés, des niveaux à la sauce tactical et quelques niveaux "tower defense" discutables. Quoiqu'il en soit, c'est le genre de jeu qui accroche pour quelques heures à chaque session. D'autant qu'il n'y a pas de sauvegarde de secours pour remonter le temps en cas de mort : à la défaite, il faudra recommencer le niveau de zéro car la sauvegarde disparaîtra ! Autant dire que la tension est bien présente dans chaque partie.

J'aurai également pu ajouter Forager dans mes jeux favoris ou Shovel Knight: King of Cards qui m'ont accroché de nombreuses heures avec addiction grâce à leur équilibre et la quantité de choses à y faire.

 

Ce jeu qui m'a déçu

Children of Morta

Très longtemps attendu et arrivé à la fin de l'été, Children of Morta est un jeu d'action aux éléments de rogue. Nous y suivrons une famille tentant de défendre leur montagne d'une infection malfaisante. Aux commandes de chaque membre de la famille, on pourra partir dans des donjons pour enquêter et affronter de nombreuses créatures grâce aux capacités uniques de chaque personnage. Chacun pourra gagner en expérience et obtenir des bonus personnels ou profitant à tout le groupe tandis qu'en donjon, quelques améliorations temporaires permettront d'offrir des variations aux kits d'attaques de base de chaque combattant.

Si j'ai beaucoup apprécié l'aspect graphique du jeu, le thème de la famille et la narration entre chaque passage au donjon, j'ai en revanche eu des difficultés à apprécier la génération procédurale des donjons que je trouve vraiment vieillotte avec des alignements de salles et de couloirs se ressemblant tous autant les uns que les autres, ce qui donne l'impression de refaire la même chose en permanence. Les pics de difficulté entre les niveaux qui sont relativement simples et les boss m'ont aussi assez refroidi malheureusement. Même si j'ai terminé le jeu, je n'en garde pas un excellent souvenir.

 

Ce jeu que je dois absolument rattraper

Indivisible

Cité dans mes jeux attendus du bilan 2018 et pourtant sorti il y a seulement quelques mois, Indivisible fait partie de ces jeux que je n'ai pas pu lancer. Et s'il s'agit d'habitude d'un manque de temps, c'est ici un problème technique qui m'empêche de le lancer. Avec son aspect plateforme, ses combats dynamiques et son style graphique, je suis sûr d'apprécier l'aventure. Reste à tripatouiller mes Direct X pour trouver une solution, sans faire sauter le reste de ma bibliothèque de jeux...

Dauphin : Comme l'année dernière, il faut toujours que je lance Hyper Light Drifter qui reste un des classiques de ces dernières années, ou encore Undertale dont le système de combat et le méta-jeu m'intéressent énormément..

 

Ce jeu que je ne pensais pas aimer

Valfaris

Valfaris est un jeu d'action plateforme avec un fort aspect shooter, qui fait suite à Slain. Avec un pixel art aux effets très (trop ?) nombreux, les couleurs explosent de toutes parts tandis qu'on affronte des hordes de monstres extraterrestres pour reprendre le contrôle de sa planète. Avec une démo loin de m'avoir convaincu et les mauvais retours du lancement de Slain, je n'aurai pas imaginé apprécier autant Valfaris. Difficile au premier contact, le jeu se révèle finalement plus simple avec les bonnes armes ou en étant attentif aux boss indiquant les attaques à venir. Une bonne surprise !

Dauphin : En lançant Satisfactory, je ne m'attendais vraiment à rien. N'ayant jamais joué à Factorio (je tiens à préserver le peu de temps que j'ai) et ayant été refroidi par le studio à l'origine du projet, j'ai finalement adoré ce jeu d'automatisation à la première personne. La découverte de la planète est agréable et la progression des technologies n'est pas fastidieuse à mettre en place, ce qui est un point pouvant rapidement me gâcher un jeu. Et en multi, c'est encore mieux !

Les 3 jeux les plus attendus de Seldell pour 2020

Project Wingman

Si Ace Combat 7 est sorti en début d'année et m'a comblé de bonheur, il n'en reste pas moins que son équivalent indépendant reste toujours dans un coin de ma tête. Project Wingman est un jeu d'avions de chasse orienté arcade qui parvient à reprendre à la perfection les éléments de gameplay faisant le succès des Ace Combat. Avec une démo convaincante publiée à l'occasion de son financement participatif, j'espère avoir le plaisir de découvrir le jeu cette année ou d'au moins avoir une nouvelle démo !


Hollow Knight : Silksong

La suite du GOTY de 2017 et du meilleur metroid-like de ces dernières années. Que dire de plus ? Hollow Knight premier du nom a été une grande aventure, portée par ses environnements, ses musiques, ses personnages et ses combats exigeants. Avec une exploration non linéaire offrant un ordre de découverte variant, chaque aventure était différente et proposait plus de 40 heures de contenu agrémentées de DLC gratuits étoffant encore les découvertes à faire. Je n'ai aucun doute sur les capacités de la Team Cherry à nous faire de nouveau un jeu extraordinaire aux commandes de Hornet et à renouveler le gameplay pour une aventure qui restera à son tour mémorable.


Spiritfarer

Nouveau jeu du studio derrière Jotun et Sundered, Spiritfarer nous fera incarner une jeune fille étant une passeuse d'âme. A bord de son navire, elle accompagnera ainsi divers personnages jusqu'à l'autre côté et devra s'assurer de leur bien être pour leurs dernier instants. La démo disponible pendant les Game Awards 2019 a vraiment montré un bon potentiel, entre les animations pour lesquelles le studio est très doué et le thème de la mort abordé avec bienveillance. On y trouvera des mini-jeux, des relations à tisser avec les personnages et quelques quêtes entre les câlins qu'on pourra faire autant aux passagers qu'à son chat.

Mes jeux indés favoris de 2019 | Cabaret indé

vignette pour les réseaux