Dalien | IndieMag

Dalien

 Dalien

Dalien

Inscrit depuis le : 05 February 2015
Commentaire(s) publié(s) : 4
Messages(s) sur le forum : 0

Ses derniers commentaires

Indiemag désormais en partenariat avec GOG

Dalien 16 February 2016 à 19h50

Mais....mais c'est énorme! Joyeux
Je suis presque triste d'avoir déjà un compte chez GOG.
En tout cas bravo à vous, très bon partenariat.

Moon Hunters, le RPG coopératif décale sa sortie

Dalien 16 February 2016 à 16h46

J'ai eu l'occasion de faire un play-test dessus (j'habite Montréal) et il avait l'air pas mal du tout. À 4 joueurs, il donne un petit côté RPG "papier" intéressant (avec de gros guillemets ^^). Je me demande ce qu'il donnera dans son entièreté. En tout cas, graphiquement moi j'aime bien ce mélange aquarelle et pixel art.

Une date de sortie pour Hyper Light Drifter !

Dalien 25 August 2015 à 23h56

ENFIN, il arriveeeuh... pas de toute de suite on dirait, va falloir encore attendre un peu hein Ravi
Bon ben il aura fallu 2 ans après la campagne réussie de Kickstarter (s'il n'est pas repoussé ^^), ce qui n'est finalement pas si long en fait.
L'alpha était déjà très bonne, plus qu'à espérer une sortie sans trop d'encombre et on tiendra surement un nouveau "incontournable" de l'univers indé! La hype quand même Joyeux

Qu'attendez-vous du jeu vidéo indépendant ?

Dalien 05 February 2015 à 18h39

Alors, en dehors du prix et de la configuration légère, c'est principalement l'originalité de l’œuvre. La surprise est un des éléments clef je pense. Et quel bonheur de voir un jeu complet, travaillé jusqu'au bout et fait avec passion.

Je prends autant de plaisir sur un jeu typé rétro que sur un jeu "rogue like" ou réflexe, plate-forme, hardcore ou juste graphiquement intéressant. Ça va sonner très pompeux, bobo prétentieux ce que je vais dire mais c'est "l'âme" du jeu qui est bonne dans un jeu indé la plus part du temps.

Je ne sais pas comment expliquer mais quand un jeu est fait par passion et par plaisir, ça transparait dans le jeu et il atteint le niveau d’œuvre d'art avec un grand A. Pas juste un produit calculé avec des chiffres précis, des actionnaires qui savent mieux que tout le monde, des sponsors omniprésents, une campagne publicitaire agressive et des artistes tristes qui sont cantonnés au rang d'ouvriers effectuant un travail à la chaine (sans parler des méthodes abusives de DLC vides et mini-transactions outrageantes). Certains triples A s'en sortent bien et essayent tant bien que mal à sortir quelque chose qui fait honneur au médium. Mais de plus en plus on tombe dans le cliché de la grosse entreprise qui veut faire un gros chiffre d'affaire et qui une fois qu'elle réussit, réutilise la même méthode pour l'user jusqu'à la corde de manière indigeste.
C'est la même chose dans le domaine du cinéma ou de la musique.

Il y a aussi évidemment le plaisir de nostalgie dans ces jeux, qui nous rappels à quoi ressemblait un jeu vidéo avant les année 2000, un jeu complet, beau, intéressant, varié, intelligent, surprenant,... un bon jeu en gros Ravi

Je retrouve et je ressens le plaisir qu'ont eu ces gens de réaliser leurs œuvres et même si parfois elles ne sont pas parfaites, je serai toujours plus indulgent envers des petite boîtes qui démarrent et qui essaye de donner le meilleur d'eux même avec les meilleures intentions du monde (même si parfois ça rate) que des grosses boîtes qui monopolisent, ignorent sont publique et ne donne que le minimum syndical au prix fort.