Brothers : A Tale of Two Sons - Test

Test - Brothers : A Tale of Two Sons

 MrDeriv
Rédigé par MrDeriv
Publié le 12/09/2013

Lorsque deux frères décident de partir à la recherche d'un fruit pour sauver leur père mourant, c'est l'aventure qui commence. Développé par le studio Starbreeze et porté par le développeur/réalisateur de films Josef Fares, Brothers : A Tale of Two Sons propose une manière originale d'aborder le contrôle de deux personnages à l'écran puisqu'il faudra guider deux frères simultanément avec une seule et même manette.

Le Summer of Arcade 2013 n'aura pas été des plus mémorables avec des titres comme Flashback HD ou pire, Teenage Mutant Ninja Turtles : Depuis les Ombres, des jeux fades et dénués de réel intérêt. Heureusement que Brothers : A Tale of Two Sons faisait partie du lot pour sauver les meubles. Le jeu est à la fois disponible sur Xbox 360 et PS3 pour à peu près 15€ et depuis peu sur PC pour le même prix. L'idée d'incarner deux personnages à l'aide d'une seule manette est un concept plutôt novateur mais finalement assez logique lorsque l'on observe la structure même d'un pad moderne. Au début un peu paumé avec ces contrôles atypiques, le joueur finira très vite par s'y habituer pour plonger dans l'ambiance poétique du titre.

Un pad pour les contrôler tous !

Deux frères, deux stick à contrôler en même temps. Le grand frère est attribué au stick gauche tandis que son cadet se dirige avec le droit. La panoplie des interactions avec le décor et les PNJ s'effectue à l'aide des deux gâchettes. Un gameplay relativement simple mais qui nécessitera un bon quart d'heure d'adaptation à votre cerveau déstabilisé pour contrôler simultanément et de façon asymétrique les deux protagonistes. Oui, vous allez tâtonner, vous manger des murs et remettre en question vos cortex durant quelque temps avant de devenir un virtuose du maniement fraternel. Au delà d'une simple feature, ce parti pris de gameplay permet à l’histoire de s'ancrer dans l'émotionnel. Car on se prend d'attachement pour ce duo confronté à de biens tristes épreuves, dont la quête sous forme de voyage initiatique est confiée au bon vouloir de nos deux pouces. Ico mettait déjà en scène un duo de personnages à l'écran, mais même si les deux jeux bénéficient d'une approche poétique, Brothers nous permet de contrôler pleinement les deux protagonistes.

Raconte-moi un gameplay

Ici, pas de monde ouvert, pas de quêtes secondaires ou de dialogues interminables mais une progression assez linéaire centrée sur l'histoire. Afin de sauver leur père malade, deux jeunes frères décident de partir à la recherche d'un mythique et peut-être illusoire fruit de guérison situé très loin de leur village natal. Ils devront donc compter l'un sur l'autre pour progresser dans des décors alternant plateforme et énigmes en coopération. Petit et agile, le plus jeune se faufilera partout tandis que son aîné utilisera sa force pour activer certains mécanismes. Qu'on se le dise de suite, ne vous attendez pas à des énigmes corsées mais plutôt à des situations nécessitant la mise en oeuvre de vos talents d'entraide. On pensera à cette scène où vous devrez traverser un champ gardé par un furieux molosse qu'il faudra distraire en alternance avec les deux frères pour avancer petit à petit. Linéaire, peu complexe, pourquoi diable alors investir dans ce jeu me direz-vous ? La réponse réside dans son ambiance et les émotions qu'elle transmet.

Un voyage initiatique

Car Brothers : A Tale of Two Sons est avant tout un conte à savourer dans la plus pure innocence. Néanmoins, innocence ne signifie pas mièvrerie car le jeu se révèle finalement assez proche de la noirceur mélancolique du conte européen du 18ème siècle (de Grimm ou de Perrault). Le choix des couleurs, la bande son et l'approche assez directe d'un sujet comme la mort provoquent une sensation ambiguë de mélancolie et d'optimisme. Le charme de Brothers réside aussi dans la multitude d'interactions avec les personnages ou les éléments du décor. Aider une villageoise à balayer son pas de porte, pincer quelques cordes de harpe ou encore jouer quelques tours à certains habitants, c'est finalement dans ces petits riens qu'opère la magie narrative du jeu. Toutefois, tout conte possède une fin et celle de Brothers semble arriver bien trop vite pour un joueur captivé par l'ambiance du titre. Comptez trois heures pour boucler l'aventure et n’espérez pas y trouver une grande rejouabilité. Il est vrai que 15 euros peuvent sembler excessifs pour un voyage initiatique de cette durée et sans grande replay-value, mais il est important de préciser que les émotions vécues durant votre session de jeu resteront quant à elles gravées à jamais dans votre âme de joueur. N'est-ce pas le plus important ?

 

excellent
ÉMOUVANT MAIS COURT

Notre avis :

Brothers : A Tale of Two Sons s'adresse aux personnes sensibles à l'aspect narratif et poétique du jeu vidéo. Court mais intense dans la transmission émotionnelle, il est a appréhender comme un conte initiatique doux amer. Son système de contrôle de deux personnages avec les sticks d'une seule et même manette apporte une dimension novatrice parfaitement intégrée au scénario. Visuellement enchanteur, le titre ne pêche que par sa courte durée de vie et son aspect peut-être un peu trop couloir. À surveiller durant les soldes et à prendre d'urgence en cas de promo !
vignette pour les réseaux
11 commentaires

Comments

 Greenpisse

J'ai profité des soldes steam pour prendre ce jeu et je viens de le finir.
Ce jeu est franchement super, l'ambiance et les décors sont sublimes, le gameplay est simple mais extrêmement innovant et la fin n'est pas celle à laquelle on s'attend, loin de là.
Seul problème : le jeu est bourré de bug et c'est dommage :/ (un bug du chapitre 7 m'a obligé à le recommencer entièrement...)

Mais je le recommande Content

 Gimlao
Gimlao 11 February 2014 à 16h03

En fait, ce n'est pas le premier jeu du genre. =p

En 2003, sur Playstation 2, il y avait déjà "Kuri Kuri Mix". x)

 Yanek
Yanek 14 September 2013 à 01h16

Merci, merci, merci ! Mille fois merci de m'avoir fait découvrir ce jeu !
Je l'ai acheté cet après-midi, et je l'ai terminé d'une traite ce soir – comme un bon film, d'ailleurs, je pense qu'il gagne a être fait en une fois, pour ne pas sortir de l'ambiance, et se mettre également dans ce défi initiatique.

Beau, bouleversant, poétique, ce qu'il faut de dérangeant, le dosage est parfait. Rares sont les jeux qui m'arrachent une larme. Une de mes grandes expériences vidéo-ludiques de l'année !

 Gorcan
Gorcan 13 September 2013 à 23h25

Le jeux a l'air tout simplement génial ! Son ambiance et son aspect graphique me fait beaucoup penser à Fable. Malheureusement je ne mettrais pas 15€ pour ce jeux , je vais attendre de le voir en solde sur Steam.

 karji
karji 13 September 2013 à 21h41

Le jeu à l'air joli . Mais 15€ c'est peut être un poil cher. Mais avec une prochaine promo, pourquoi pas.

 Manout
Manout 13 September 2013 à 12h26

Si je ne dit pas de bêtise, Ninokuni a exploiter les doubles perso sur une manette pour un phase en donjon.

 Ironbobbi
Ironbobbi 13 September 2013 à 12h25

C'est pas très Indé Starbreeze, hein ?! Ravi
Mais quel jeu par contre ! J'adore réellement ce studio, il m'ont conquit y a une petite dizaine d'année, avec le premier Riddick depuis je ne loupe plus une seul de leur productions, elle sont rares, mais toujorus excellentes !

 Vroden
Vroden 13 September 2013 à 01h40

Bon ben dès que j'ai un peu de sous il passe dans mon panier steam

 Mrcricri117
Mrcricri117 12 September 2013 à 22h03

Alors là! C'est typiquement le genre de jeux que je verrais très bien adapté sur Vita ! A la fois poétique et innovant, ce titre a vraiment de quoi surprendre !

 ironat
ironat 12 September 2013 à 18h13

Ce petit jeu me fait beaucoup penser à un jeu dont j'ai malheureusement oublié le nom... C'était avec un frère et une soeur qui pouvaient faire apparaître une sorte de barrière pour se protéger des monstres, enfin... J'ai zappé le nom. Triste

Pages