Rogue Legacy, la claque attendue ! - Test

Test - Rogue Legacy, la claque attendue !

 At0mium
Rédigé par At0mium
Publié le 01/07/2013

On l’attendait tels des enfants à la veille de noël depuis la sortie de la démo, Rogue Legacy est enfin disponible ! On le rappelle, il s’agit d’un rogue-like typé rétro dans lequel on incarne un chevalier qui devra investir un immense château pour y battre quelques boss bien planqués. À chaque session de jeu, ce dernier sera généré aléatoirement, de quoi faire rêver tout les amateurs d’exploration à outrance. Après avoir fait très forte impression, on peut se demander si ce titre tiendra les promesses qu’il annonçait… le verdict sans plus attendre !

LA CASTLE-MANIA !

Tant de choses à vous dire sur le gameplay de ce Rogue Legacy… Il faut dire que les développeurs n’y sont pas allés de main morte pour proposer aux joueurs une longue aventure ! Comme annoncé précédemment vous incarnez,  à chaque session de jeu, un chevalier caractérisé par certains attributs (dont nous reparlerons ensuite) ! Le but sera le suivant : progresser le plus loin possible dans les profondeurs d’un vaste château/donjon pour y vaincre 4 boss plutôt coriaces. Votre tâche ne sera pas aisée, car votre route sera jonchée d’ennemis et pièges en tous genres. Dans l’idée, on pourrait presque rapprocher ça d’un Castlevania façon Symphony of the night avec notamment l’utilisation d’armes secondaires comme la hache, le « disque-boomerang » ou encore les faucilles. Les embranchements sont nombreux, et les trésors à dénicher aussi. Heureusement, une carte se dessinera au fil de votre périple pour vous donner un max d’infos. Il ne faudra d’ailleurs pas oublier de briser tables, chaises, barils et chandeliers pour récupérer le plus d’argent possible car le véritable fond du jeu ne se révèle qu’une fois votre personnage tombé au combat…

DE GÉNÉRATIONS EN GÉNÉRATIONS…

Là où Rogue Legacy fait très fort, c’est dans sa partie RPG qui constitue au final le cœur du titre. Dès la mort de votre héros, vous devrez lui choisir un successeur parmi 3 héritiers. Chacun d’entre eux aura une arme secondaire et de traits qui lui seront propres. Vous pourrez par exemple choisir de continuer l’aventure avec un personnage myope (qui verra donc flou de loin…), dyslexique (qui inversera bon nombre de lettres dans les textes de l’interface du jeu ), équipé d’une hache. On ne dirait pas, mais finalement ça apporte une telle légèreté au jeu qu’on aura toujours le sourire aux lèvres lorsque l’on découvre certains attributs inattendus ayant un réel impact sur le Gameplay ! Mais je vous laisse le plaisir de la découverte de ce côté là… L’argent récolté devra être investi dans votre domaine afin d’améliorer vos statistiques. On pourra ainsi acheter des augmentations de santé ou de force mais bien heureusement ce n’est pas tout ! C’est également ici que vous pourrez acheter le forgeron, l’enchanteresse et l’architecte. Le premier vous permettra d’acheter armes et armures, la seconde sera celle qui vous fournira en capacités (dash, double saut, etc.) et le troisième vous permettra de passer outre la règle de l’aléatoire en vous proposant de refaire le château tel que vous l’aviez visité durant votre précédente session. Vous imaginez bien que cela aura un coût, en effet vous ne pourrez gagner de cette façon que 70% des revenus récoltés mais autant vous dire que ce sera très pratique pour vaincre les boss. Je vous parlais précédemment de l’importance de l’exploration, en effet il est à noter que vous devrez dans un premier temps récupérer toutes les recettes dans des coffres parfois bien cachés pour déverrouiller le contenu des boutiques. Parmi les améliorations achetables dans votre domaine, il y aura aussi la possibilité de déverrouiller des classes comme celles du lanceur de sort ou bien du Shinobi, conférant certains avantages à votre héros et étoffant encore une fois son gameplay.

SUR LE LONG TERME.

Si presque toutes les infos que je viens de vous donner sur Rogue Legacy pouvaient se découvrir via la démo, que peut-on dire vis à vis de la version finale ? Qu’apporte-t-elle de plus ? Déjà, enfonçons les portes ouvertes, de la durée de vie et pas qu’un peu ! Atteindre le maximum de chaque capacité dans le domaine demandera un nombre de « runs » faramineux. Cela sera-t-il redondant ? Honnêtement, pas vraiment. La marge de progression, tant en terme de choses à déverrouiller qu’en matière de skill, sera immense. Si durant les premières parties on se permet de choisir un peu au pif nos personnages et nos améliorations, on aura tôt fait d’optimiser à fond nos sessions. Du côté des ajouts, vous aurez la possibilité à tout moment de tomber sur des salles bonus vous demandant de réussir un défi lié à votre arme. Ces derniers apportent un peu de fraîcheur et permettent de déverrouiller de sacrées récompenses. L’exploration sera d’ailleurs aussi l’occasion d’affronter des mini-boss qui, une fois vaincus, laisseront tomber un coffre contenant une amélioration de statistique (vie, force, mana, etc.). Du côté des boss, on sera ravi d’analyser finement leur pattern afin de les vaincre. Si le premier se laisse à peu près tuer tranquillement, ce ne sera pas le cas des autres qui demanderont de la patience et de la concentration. Le bestiaire est quant à lui plutôt fourni et les espèces que vous croiserez évolueront en fonction des zones visitées. En effet, un ennemi attaquant à distance aura d’avantage de tirs à la seconde, dans de plus en plus de directions simultanées, à plus haut niveau. Tous ces éléments font de Rogue Legacy un titre addictif, très long, et dont la progression se fait avec plaisir tant on sera ravi de la variété des donjons à chaque session de jeu.

excellent
EXCELLENT !

Notre avis :

Tant de bonnes idées dans un si « petit » jeu ! Rogue Legacy fait un véritable sans faute dans son genre en proposant au joueur une expérience longue et riche. Proposant un gameplay à l’ancienne sur un genre trop peu représenté, il a le génie de combiner ça avec de forts aspects RPG apportant une réelle profondeur au titre. Un futur classique du genre? Cela serait en tous cas amplement mérité.
vignette pour les réseaux