Odallus: The Dark Call, l'héritier des Castlevania NES | TEST

Test - Odallus: The Dark Call, le successeur de Castlevania

 At0mium
Rédigé par At0mium
Publié le 17/07/2015

Comme Yacht Club Games (Shovel Knight), Locomalito (Maldita castilla) et Crazy Viking Studio (Völgarr), Joymasher fait partie de ces créateurs de jeux à l'ancienne développant des titres semblables à ceux de l'ère 8-16 bits. Après Oniken, un brillant hommage à Contra et Shinobi, ils reviennent avec un jeu taillé pour les fans des premiers Castlevania : Odallus The Dark Call.

Comme à la bonne époque

Un simple coup d’œil suffit, Odallus: The Dark Call se positionne comme un digne héritier de la NES. De sa palette de couleurs à la taille de ses sprites, on sent la volonté des développeurs de créer un jeu pour les nostalgiques en manque de sensations d'antan. L'aventure qui nous attend est celle de Haggis, un redoutable guerrier dont le fils a été enlevé par une entité maléfique. Comme dans un Ghosts'n Goblins, notre épopée se trace sur une carte schématisant les différentes étapes à parcourir avec quelques détails concernant les secrets qu'elles abritent. Plus personnellement, chaque environnement traversé a fait vibrer le nostalgique que je suis. Couleurs, musiques, ambiances, tout y est suffisamment soigné pour ressentir le côté sombre de l'aventure tout en respectant les envies rétros des développeurs. Odallus n'a pas à rougir devant Shovel Knight, il est sans conteste de la même trempe.

Le successeur de Castlevania

Haggis, notre héros, se joue comme un Belmont. Coups d'épée au corps à corps, lancers d'armes secondaires avec la commande "Haut+frappe", sauts rigides, on retrouve tout ce qui faisait le charme des premiers Castlevania avec plus de souplesse pour ne pas sombrer bêtement dans la copie. D'ailleurs, le gameplay prendra une toute autre envergure dès lors que l'on récupérera le dash apportant beaucoup de nerfs à l'ensemble ! À noter également, une monnaie récupérée sur les monstres abattus permettra de commercer avec un marchand qui rechargera volontiers votre stock d'armes, de vies et de santé. Enfin, bien sûr, Haggis sera amené à progresser grâce à différentes améliorations (santé, sac, épée, armure) au fil de l'aventure.

Faire du neuf avec du vieux

Les bases et références de Odallus: The Dark Call sont reconnues. Heureusement, Joymasher n'a pas manqué d'inventivité dans son level design en construisant ses stages de façon non-linaire. Cerise sur le gâteau, les plus malins (et curieux !) trouveront plusieurs passages secrets menant parfois à des niveaux alternatifs comportant leur lot de bonus. C'est d'ailleurs assez drôle de constater qu'il sera demandé au joueur de revenir sur d'anciens stages une fois un pouvoir spécial obtenu (respirer dans l'eau, dasher, etc.) pour y découvrir toute une nouvelle zone. Cette démarche présente l'avantage d'éviter tout aller-retour inutile, et elle nous laisse à penser que le développeur souhaitait montrer qu'il était possible de faire un jeu d'aventure à embranchements sans passer par la case Metroid-like. Judicieux choix.

excellent
OUAH !

Notre avis :

OUI ! Un grand oui ! Odallus: The Dark Call est ce qu'on attendait de lui, un digne héritiers des Castlevania NES. Jouabilité au poil, direction artistique à toute épreuve, narration simple mais suffisante, combats de boss intéressants, cheminement non-linéaire,..., tous ces éléments font du nouveau né de Joymasher un indispensable pour tout joueur rétro qui se respecte ! Félicitations.

Odallus: The Dark Call, digne héritier des Castlevania NES | Indie Review (PC)

vignette pour les réseaux
11 commentaires

Comments

 RegisF

Le jeu m'attire énormément.
Juste une question : je vois les petites icônes où on peut le choper, mais pourquoi il n'y a pas celle de gog.com ?

 Seldell

Un simple oubli. C'est difficile de suivre pour chaque jeu toutes les plateformes de vente où il est présent. Les développeurs mettent rarement en évidence toutes les boutiques où on trouve leur jeu, et il faut chercher soi-même partout, ce qui est assez long cumulé. Mais je le rajoute maintenant que je le sais Joyeux Merci Content

 RegisF

Je t'en prie.
Je pense à Gog car parfois l'overlay steam a fait planter des jeux sur mon pc Content

 Room13

Ça a l'air très alléchant tout ça. Par contre il semblerait qu'il y ait une durée de vie d'environ 3-4h max, tu confirmes ? Je trouve ça plutôt cher 15 € dans ce contexte... Surtout quand tu vois ce que des rogue-likes peuvent amener niveau durée de vie pour un prix équivalent.

 Chili Palmer

C'est un peu l'inconvénient des jeux indépendants : ils sont souvent proposés trop cher au départ. Celui-ci, je gardais un oeil lointain dessus, je ne pensais pas qu'il serait si bon ! Je le mets dans la liste, mais clairement pas pour tout de suite, ni à ce prix...

 Dolp

ça fait envie! Référence à Shovel knight = instant like

 Marilui

Alala, tu m'as tellement donné envie d'y jouer Surpris
Je sais pas dans quel ordre, mais je me ferais bien Oniken et Odallus du coup.
Un des premiers jeux que vous avez suivi sur IndieMag, ça fait plaisir de le voir enfin sortir!

 Rayoule

Coups d'épée au corps à corps, lancers d'armes secondaires avec la commande "Haut+frappe", sauts rigides, on retrouve tout ce qui faisait le charme des premiers Castlevania avec plus de souplesse pour ne pas sombrer bêtement dans la copie

Est-ce que le saut rigide peut vraiment être considéré comme une qualité, même si cela participe au charme, sachant que le gameplay serait surement mieux avec un meilleur saut ?

 Alayric

L'air control ne donne pas un "meilleur" saut, juste un saut différent. C'est une autre façon de jouer.

 At0mium

En fait, le level design est calculé pour que les sauts marchent bien, et du coup ça se joue super bien ! Content

Pages