Notre test d’Oxenfree, une histoire surnaturelle écrite avec brio

Test - Oxenfree : une histoire surnaturelle écrite avec brio !

 Avorpal
Rédigé par Avorpal
Publié le 30/09/2016

Alors que vous entrez dans la vieille maison abandonnée, vous vous sentez instantanément mal à l’aise, comme si des dizaines de regards malveillants étaient braqués sur vous. Cette baraque serait parait-il maudite voire… hantée.  Chacun de vos pas sur le sol craquant soulève un nuage de poussière qui vous prend à la gorge et vous empêche de respirer. Dehors, la pluie cogne violemment contre les vitres. Flash lumineux, la foudre déchire le ciel. Malgré le vacarme des éléments, vous entendez vos propres battements de cœur. Soudain, une main vous touche l’épaule, une main froide comme le marbre. Vous vous retournez complètement paniqué. Personne. Pas de doute, vous êtes dans une histoire de fantômes.

Tête de radio

Après ce léger prologue, retournons à notre test du jour, à savoir Oxenfree du studio Night School. Sorti en janvier dernier, Oxenfree commence à la manière d’un teenage horror movie à la Scream par exemple. Cinq adolescents téméraires décident de passer du bon temps sur l’île d’Edwards. À leur arrivée par le dernier bateau, la nuit tombe et la brume se lève. De quoi immédiatement poser l’ambiance. Après une rapide marche où l’on constate toute la beauté de l’île à travers une 2D riche en détails, notre groupe de fêtards se retrouvent près d’un feu sur la plage.

La bière coule à flot, les langues se délient et nous faisons peu à peu la connaissance de l’héroïne, Alex, de son beau-frère Jonas ainsi que de Ren, Clarissa et Nona. Tout semble nous laisser croire qu’Oxenfree va nous raconter une banale histoire d’adolescents. Et pourtant rapidement, la soirée tourne au vinaigre. En jouant avec une radio, Alex va ouvrir un portail triangulaire qui aura pour effet de faire de l’île d’Edwards le théâtre d’événements paranormaux plutôt inquiétants…

L’odyssée d’Alex

Nul besoin d’entrer dans les détails du scénario sous peine de vous spoiler mais sachez qu’Oxenfree n’ira pas se contenter de nous faire sursauter pour nous raconter son histoire. Au contraire, il réussit plutôt bien à instaurer une ambiance inquiétante sans céder à la facilité des jump scares. Mais au-delà de cet habillage composé d’apparitions fantomatiques ou de possession, Oxenfree n’est pas un jeu d’horreur. Pendant notre périple à travers l’île, nous apprendront à découvrir la personnalité de tous nos adolescents, à commencer par Alex, notre jeune avatar qui malgré ses airs joviales, cache un soupçon de tristesse et de colère. Jonas, de son côté, semble constamment chercher notre compagnie et notre approbation.

Pour parler un tant soit peu du gameplay, Oxenfree s’apparente à un jeu d’aventure en 2D dans lequel la narration va prendre une très grande place. Nulle énigme ici, nous nous contenterons d’arpenter l’île afin de percer le mystère du portail tout en discutant avec nos compagnons du moment. C’est d’ailleurs en cela qu’Oxenfree apporte sa touche d’originalité puisque les instants de silence sont rares lorsque nous sommes accompagnés. Au point que parfois même, lorsque nous avons affaire à quelqu’un de particulièrement bavard (oui Ren, c’est à toi que nous pensons), nous souhaiterions presque pouvoir lui dire de se taire pour simplement profiter des magnifiques paysages que nous offre le jeu.

Time’s up !

Les nombreux dialogues sont bien écrits et merveilleusement doublés. Toutefois, il est recommandé d’avoir un niveau correct en anglais puisque le débit de sous-titres à lire est important et défile rapidement. Il est même très souvent nécessaire de faire un choix crucial entre trois réponses et ce, dans l’urgence étant donné que nous avons un temps limité à notre disposition. Les développeurs de Night School ont évoqué la possibilité d’une localisation dans d’autres langues mais nous n’en savons pas beaucoup plus pour le moment.

De plus, à côté des dialogues, il existe bon nombre d’éléments à découvrir dans le jeu pour comprendre le background d’Oxenfree comme des lettres ou des messages radio à certains endroits clés de l’île. Seul problème : les voix de ces messages sortant de la radio  ne sont pas sous-titrées. Enfin, si quelques bugs subsistent – un blocage de notre personnage nous obligeant à recommencer la zone dans laquelle nous étions – Oxenfree est peaufiné dans les moindres détails. La mise en scène magistrale ainsi que les multiples fins qui nous donnent envie de recommencer l’aventure font de ce jeu un petit bijou du jeu vidéo qu’il faut absolument découvrir !

excellent
UNE MERVEILLE !

Notre avis :

Oxenfree peut se vanter d’avoir réussi son pari, à savoir nous raconter une histoire surnaturelle magistrale qui n’aurait rien à envier à la série Strange Things. Grâce à une mise en scène aux petits oignons, une bande-son et à un doublage qui renforce l’immersion ainsi qu’à un sound design exemplaire (les voix que l’on capte avec la radio d’Alex), nous ne saurions que trop vous conseiller de vous pencher sur Oxenfree. Chaque personnage ou presque possède une solide personnalité et nous finissons irrémédiablement par nous y attacher ou le détester. Il est presque impossible de poser la manette pendant les 3 heures que dure Oxenfree sachant qu’étant donné la richesse des dialogues, des situations et des multiples fins possibles, nous y retournons avec grand plaisir pour un second passage. Seul bémol : n’ayez pas peur de l’anglais qui s’avère accessible mais qui défile rapidement sans nous laisser prendre le temps de tout bien comprendre.

Oxenfree - Une histoire de fantômes merveilleusement écrite | Test

vignette pour les réseaux
16 commentaires

Comments

 redd
redd 30 December 2017 à 21h51

Merci pour le test.
J'ai terminé l'aventure aujourd'hui et j'ai pris un pied d'enfer ! On est effectivement dans une ambiance digne de films ou séries thriller fantastique avec des ados, façon Scream, Blair Witch, Strangers Things.
À noter qu'il est désormais sous titré en français.

 Aslan85
Aslan85 10 October 2016 à 15h22

Sur les conseil Twitter d'Avorpal, j'ai achete ce jeu en promo a meme pas 500 yens vendredi et je viens de passer mon apres-midi dessus. Vraiment superbe!

Je n'ai pas souvenir d'avoir deja vu/joue a un jeu avec une telle narration dynamique. Ca parle tout le temps, ils nous emmenent vraiment bien dans le jeu et l'impression de jouer dans une serie tv comme Twin Peaks ou stranger things ce fait fortement sentir.

J'ai passe un excellent apres-midi, merci du conseil!

 Avorpal
Avorpal 10 October 2016 à 19h04

C'est sûrement LE commentaire qui m'a fait le plus plaisir ces dernières semaines ! Profite bien !

 Andyalias

Ce jeu donne vraiment envie. Ceux qui se plaignent de l'anglais: on est en 2016, il est peut-être temps de s'acheter un Bescherelle non ? ou mieux de voyager.

 Filoche
Filoche 04 October 2016 à 20h43

Je comprend bien le point de vue d'Avorpal.
Je comprend l'anglais assez bien pour jouer à des jeux pas trop littéraires en anglais. Mais je me place du pont de vue de quelqu'un qui ne comprend pas l'anglais ou très mal, qui voit cette note élogieuse.
Même si dans le test, on explique que ce jeu est très bien (ce qui doit surement être le cas du point de vue d'un anglophone), ça n'a pas beaucoup de sens. C'est comme si on demandait à Avorpal de jouer à un jeu dans une langue qu'il ne connait pas. Le plaisir de jeu est égal à zéro. Les tests s'adressent quand même au plus grand nombre des lecteurs, je vois donc la critique dans l'autre sens. Note moyenne compte tenue de la langue, tout en soulignant que pour les anglophones c'est une merveille.
Quand à apprendre l'anglais pour jouer aux jeux vidéo, c'est vraiment une raison "tarte à la crème" Content Enfin la crème était bonne, je m'en lèche encore les doigts.
Bon, ceci dit, j'aime bien tout ce que vous faites, donc continuez comme ça. Joyeux

 Nival
Nival 06 October 2016 à 01h25

Quand à apprendre l'anglais pour jouer aux jeux vidéo, c'est vraiment une raison "tarte à la crème"

Neutre

En fait va ptêt falloir apprendre à lire le français avant de t'atteler à l'anglais :

<< je ne saurais trop t'encourager à faire les efforts nécessaires pour combler tes lacunes en anglais, d'autant qu'élargir ses horizons vidéo-ludiques est bien le plus anecdotique des avantages que cela peut apporter >>

 Seldell
Seldell 04 October 2016 à 23h22

Dans nos prochains tests, nous nous placerons dans la peau d'une personne analphabète, qui déteste le jeu vidéo, et qui ne sait pas jouer avec une manette en main. Comme ça nous pourrons dire que tous les jeux que nous testons sont très mauvais. Ce sera un beau gain de temps !

Toute cette ironie pour dire que nous nous plaçons dans la peau d'un joueur moyen qui a un minimum d'intérêt pour le jeu que nous présentons. Et le joueur moyen sait lire un minimum l'anglais ou se débrouiller avec. Si l'anglais est difficile, en grande quantité et/ou essentiel, c'est précisé dans le test (ce qui est le cas ici). De même qu'on précisera si un jeu nous paraît particulièrement corsé, et qu'on s'adresse à un type de joueur qui aime le type de jeu qui est testé.

Si le joueur ne rentre pas dans les critères nécessaires pour apprécier le jeu (il ne parle pas la langue et c'est important de la comprendre, il n'aime pas le type de jeu présenté, il ne trouvera pas le niveau de difficulté recherché ...), il parait évident que celui-ci se détournera du jeu car le jeu ne lui est pas destiné. Noter un jeu pour le public qui ne lui est pas destiné est un non-sens.

 Filoche
Filoche 01 October 2016 à 18h29

Comment peut-on qualifier un jeu de "merveille" lorsqu'il n'est pas dans notre langue et qu'un des principaux intérêts vient des dialogue sdu jeu .
Bon sang ! un jeu qui est incompréhensible ou à peine compréhensible par la moitié des joueurs ne peut pas être une "merveille" !
Notez les jeux comme des testeurs pas comme des amateurs SVP.

 Nival
Nival 02 October 2016 à 10h55

En quoi l'existence ou non d'une traduction changerait l'excellence d'une oeuvre ? Si je suis Kirghiz et que Cyrano de Bergerac ou 2001 l'Odyssée de l'Espace n'existent pas dans une version traduite en Kirghiz, ça changerait le talent de leurs auteurs et la valeur de ces oeuvres ?

Il faut faire la part des choses entre juger une oeuvre et juger l'expérience qu'on en a eu, surtout quand cette expérience n'est pas liée à l'oeuvre elle-même mais à son incapacité à soi d'en prprofiter correctement.
Et c'est bien ce genre de distinction qui va faire la différence entre une critique sèrieuses et un avis random.

Comme le précise très bien Avorpal, il est important de savoir d'une part si le jeu est bon intrinsèquement, et d'autre part d'apporter les informations qui permettront à chacun de savoir si il pourra, dans une considération purement individuelle, en profiter ou non dans de bonnes conditions. Mélanger les deux seraient une vraie perte d'information pour le lecteur et là, oui, relèverait de l'amateurisme.

En marge de ces considérations, je ne saurais trop l'encourager à faire les efforts nécessaires pour combler tes lacunes en anglais, d'autant qu'élargir ses horizons vidéo-ludiques est bien le plus anecdotique des avantages que cela peut apporter Clin d'oeil .

 Avorpal
Avorpal 01 October 2016 à 18h46

En quoi le fait qu'il soit en anglais empêcherait qu'il soit une "merveille" ? Je précise bien que l'anglais est important pour comprendre donc ceux qui l’achèteront sauront à quoi s'attendre et les autres passeront leur chemin en attendant une traduction fr. La traduction est un gros budget, surtout pour les jeux narratifs et les studios indés n'ont pas toujours les moyens de se l'offrir. Si tu cherches du jeu traduit à tous les coups, tu vas vite être déçu avec l'indé car une bonne partie d'entre eux ne sont et ne seront jamais traduit. Si je devais descendre ces jeux à cause de ce détail, c'est précisément là que je ferais du travail d'amateur puisque je ne prendrais pas la peine de comprendre l’œuvre avant de la juger...

Pages