Test - Hollow Knight, le superbe metroid-like chez les insectes

 Seldell
Rédigé par Seldell
Publié le 23/06/2017

Proposant des environnements souterrains magnifiques depuis son annonce, Hollow Knight est un titre qui a su intriguer les joueurs avec un casting d'insectes et autres créatures des profondeurs particulièrement réussi. Le titre l'est-il tout autant ? Réponse en test.

Une structure en apparence classique

Hollow Knight est un metroid-like 2D se déroulant principalement sous terre, dans le monde appartenant aux insectes, vers et autres bestioles qui ont tendance à faire frémir le joueur moyen rien qu'à les voir ramper. Le joueur dirigera un intriguant personnage armé d'une lame qui devra parcourir divers environnements sans qu'on ne comprenne réellement son objectif.

C'est à partir de la ville, au sommet de la carte, que le joueur démarrera son expédition en se jetant dans un puits. Après un début relativement linéaire, le jeu se distinguera par la capacité à proposer en permanence de nombreuses routes à découvrir menant souvent à divers boss offrant pour certains de nouveaux pouvoirs permettant de trouver des secrets ou de progresser vers d'autres secteurs.

Une ambiance mémorable

Les nombreux lieux visités, ingénieusement connectés, brillent par une ambiance unique à la fois composée d'une bande audio magnifique et marquante ainsi que de sublimes arrières plans sur lesquels des adversaires variés seront croisés. Doté de nombreux raccourcis à débloquer au fil de l'aventure, Hollow Knight n'est pas avare en contenu en proposant de nombreuses améliorations pour le personnage en terme de vie et d'âme (du mana), de broches à dégoter qui offrent des bonus au héros, ou encore par les nombreuses chenilles enfermées dans des pots en verre à libérer au fil des secteurs, parfois bien cachées.

Doté d'une grande variété de boss uniques dont une bonne partie est optionnelle, Hollow Knight possède une durée de vie très solide en proposant une quinzaine d'heures pour les plus pressés, mais dépassant largement la trentaine d'heures pour ceux cherchant à visiter tous les lieux et à compléter la multitude de quêtes secondaires offertes par un casting haut en couleur de personnages auxquels il sera facile de s'attacher.

Une progression différente en fonction du joueur

Se voulant exigeant, le titre permettra néanmoins de nombreuses solutions pour réduire la difficulté au travers des améliorations de vie ou de force du héros. La création de builds de personnage grâce à des broches à collecter sera également un point fort du jeu. Frapper plus loin, charger les attaques rapidement, gagner davantage d'argent, ou dépenser moins de mana, avoir des magies plus fortes et recharger sa vie plus vite ne sont que quelques-unes des capacités offertes par la presque quarantaine d'objets.

S'il n'y a qu'un seul reproche qu'on pourra faire à Hollow Knight, c'est l'obscurité apparente de son scénario. Le joueur traversera la grande majorité du jeu sans réellement comprendre les raisons de sa présence et son rôle dans les tréfonds de Hallownest. La narration y est en effet particulièrement discrète, ce qui nécessitera d'être attentif et d'avoir trouvé la bonne fin pour pouvoir envisager de saisir l'ensemble de la trame.

excellent
JEU DE L'ANNéE ?

Notre avis :

Hollow Knight est sans aucun doute possible le metroid-like de l'année. Particulièrement joli avec une ambiance inoubliable, un casting de créatures mémorable et une bande audio qui mériterait également nombre de qualificatifs élogieux, le titre profite d'une grande richesse de contenu avec de nombreuses quêtes secondaires permettant de renforcer son personnage par de multiples biais. Avec une difficulté relevée, le titre saura tenir en haleine les joueurs à mesure qu'ils visiteront chacun à leur manière les profondeurs de la terre et tenteront de comprendre leur rôle dans cet étrange monde, malheureusement assez flou pour celui qui ne s'investira pas.
vignette pour les réseaux
18 commentaires

Comments

 Elrhim
Elrhim 26 juillet 2017 à 20h58

Salut.

Après avoir passé une trentaine d'heures dessus, je dois dire que je suis particulièrement enthousiaste, pour le moment.

Je reviens sur deux points : concernant la difficulté du jeu, on entend souvent dire qu'elle est très élévée voire excessive, c'est faux honnêtement. La difficulté est excellemment bien dosée, elle est simplement constante (on n'a jamais le sentiment de jouer les touristes comme dans bon nombre de jeux, et ça ne me manque pas), on peut se soigner quasiment à volonté en dézingant quelques ennemis (astucieux) et les patterns de boss sont souvent simplistes et peu évolutifs (honnêtement si ce n'était pas le cas je pense que ce serait décourageant compte tenu du nombre de boss) et il suffit d'avoir la patience de les apprendre un par un pour en venir à bout.
Pour l'instant il n'y a qu'un seul boss parmi tous ceux que j'ai rencontrés sur lequel j'ai jugé préférable de ne pas m'acharner tant que je n'aurai pas amélioré un peu plus mes équipements et aptitudes (

Spoiler :
).

Concernant l'univers et la narration notamment, contrairement à Nival, je n'ai pas eu le sentiment d'une coquille vide dont résulterait un manque d'immersion qui viendrait nuire au plaisir de jeu global. Au contraire je trouve que les mystères autour du héro et de Hallownest plus globalement sont assez bien entretenus par des allusions diverses et les personnages eux-même (et surtout la possibilité de sonder leurs pensées) qui sont très réjouissants, et je trouve que cette narration par bribes (par pointillés...) est très astucieuse et extrêmement bien adaptée au genre du metroid-like, parce que pour le coup j'ai vraiment le sentiment d'avoir beaucoup de liberté dans la progression. J'espère seulement que tout cela ne va pas accoucher d'une souris, mais après lecture de quelques tests je pars plutôt optimiste.

Sinon en effet, je suis ravi de l'esthétique globale (qui rappelle un peu le premier Rayman par pas mal d'aspects), la prise en main générale, les aptitudes en combat, les musiques et la bande-son plus généralement, très justes... Un peu moins des quelques bugs de colision récurrents et des quelques libertés ponctuelles prises sur les animations de boss (mais bon c'est une équipe de trois personnes c'est bien ça ?). Autant dire qu'après quasiment un an sans voir pu jouer, je suis content de reprendre avec un jeu pareil. Tire la langue

 gueuledegame

Tiens c'est étrange de le voir débarquer si tardivement ce test.

 Seldell

J'ai terminé le jeu début mai. Ensuite il fallait trouver le temps et la motivation. C'est toujours la même chose Content Mieux vaut tard que jamais. J'ai un nombre de tests monstrueux à écrire de toute façon mais pas assez de temps libre...

 gueuledegame

J'imagine !
Après j'étais étonné pour l'attractivité du site, en proposant un test tardif. On sait que c'est sur la première semaine de sortie qu'il y a un engouement de recherche de tests.

 Seldell

Le jeu est tellement "gros" pour les indés que tous les sites l'auraient fait et nous auraient écrasé en référencement j'imagine. Et en une semaine, je n'aurai jamais pu tester le jeu. Je l'ai acheté lors de sa sortie comme tout le monde. Je comptais pas le rusher. Difficile de faire l'équilibre entre être le premier sur tout et faire les choses bien. Surtout quand on a autant de tâches à gérer.

 gueuledegame

Ah oui, je suis bien d'accord. Ils t'ont même pas donné une clé quoi...

 Seldell

Les gros jeux indés très attendus, ils sont souvent submergés de demandes j'imagine. Donc les très gros sites/youtubers/streamers en ont. Mais on est dans aucune des trois catégories Ravi

 gueuledegame

Ah wai. Pourtant on est des tout petits youtubers au Voxel et on a réussi à en avoir une pour Rime et Tokyo 42. Faut peut être tomber au bon moment.

 Seldell
Seldell 01 juillet 2017 à 18h41

Rime, c'est Cosmocover qui s'en occupait et ils sont réactifs globalement. Pour Tokyo42, c'était via Keymailer et les devs surveillaient bien le site pour être réactifs aussi Content J'imagine que Hollow Knight, les gars géraient seuls leur com.

 gueuledegame

Ah d'accord, je vois.

Pages