Test - What Remains of Edith Finch : un chef d'oeuvre, tout simplement

 At0mium
Rédigé par At0mium
Publié le 15/05/2017

Il est des jeux qui nous transportent. Tantôt visuellement, tantôt par l'expérience sensorielle, tantôt par la puissance d'une écriture tout en finesse ; What Remains Of Edith Finch, lui, excelle dans ces trois aspects. Il nous propose de voyager au cœur d'une demeure aussi mystérieuse qu'atypique qui, émotionnellement, ne nous a pas laissé indemne.

Une puissante métaphore

C'est au studio Giant Sparrow que l'on doit What Remains Of Edith Finch. On connait cette équipe et son talent dans l'art d'apporter des idées nouvelles grâce à leur premier titre : The Unfinished Swan. De ces deux jeux, nous retiendront une ferme motivation de joindre narration et gameplay, dans des thématiques plutôt sombres abordées de façon métaphorique. Ainsi, l'histoire de What Remains Of Edith Finch s'amorce par la lecture d'un journal intime (celui de Edith) qui nous guidera au travers d'une demeure abandonnée à l'architecture unique. Comme pour immortaliser l'existence de ses habitants, chacune des chambres de la maison se retrouve intacte même après le décès de son occupant et c'est une autre pièce qui sera construite à la naissance de chaque nouveau membre de la famille. Le titre porte ainsi une ambiance bien étrange qui donne cette impression de voyage dans le temps permettant de découvrir les mystères qu'abrite ce lieu.

Le Gameplay au service de la narration, et non l'inverse !

Difficile de ne pas vous gâcher les surprises réservées par ce What Remains of Edith Finch. Pourtant, ce sont bien elles qui donnent au jeu tout son intérêt. En effet, l'on pouvait s'attendre à une simple ballade narrée par la propriétaire du journal. En réalité, Giant Sparrow nous propose une expérience qui va bien au-delà de la simple contemplation. Précisément, dans chacune des chambres, on peut découvrir une nouvelle histoire contée par un membre de la famille Finch ; cette parenthèse dans notre visite se conçoit, à chaque fois, comme une nouvelle (ou un conte) disposant de son propre gameplay et de son style visuel. Véritable terrain d'expérimentation pour le studio, on sent que l'équipe s'est faite plaisir avec des métaphores toutes plus folles les unes que les autres tout en mettant le gameplay au service de la narration afin de livrer un message des plus immersif au joueur. Le résultat est brillant, et son final purement et simplement épatant. 

Le temps passe vite, lorsque l'on joue à What Remains of Edith Finch (que l'on termine en approximativement 2 heures). On se retrouve rapidement emporté par les belles histoires de cette famille qui, une fois assimilées, résonnent plus comme des contes macabres laissant une très forte impression. Le travail d'écriture abattu sur le titre impose un respect sans faille ; le tout s'enchaîne de façon cohérente tout en restant juste dans l'émotion transmise vis à vis des thèmes concernés. L'envie d'en dire plus est grande, mais nous préférons vous laisser le plaisir de la découverte. Quoiqu'il en soit, Giant Sparrow signe ici un très grand jeu narratif qui montre, encore une fois, la puissance du jeu vidéo en tant que medium pour véhiculer un message fort via l'immersion. Si vous aimez le genre, foncez !

excellent
MAGISTRAL !

Notre avis :

Quel grand jeu, ce What Remains of Edith Finch. Beau et juste à tout instant, il nous a fait voyager autant qu'il nous a ému. L'équipe de Giant Sparrow a su trouver un équilibre efficace entre interaction et contemplation permettant au joueur de s'immerger émotionnellement dans les histoires de la famille Finch ; leur titre se hisse sans soucis parmi les meilleurs du genre, une pure merveille.
vignette pour les réseaux
2 commentaires

Comments

 Parrain

Ce jeu est juste brillant !

 Taigong62

Je suis totalement d'accord. WRoEF est un super jeu narratif qui m'a vraiment surpris à chaque fois par la façon dont le gameplay changeait selon la narration. Pour ma part, la partie avec le grand frère était mon histoire favorite.
Bien vu de ne pas spoiler d'ailleurs ^^.