Notre test de Virginia, une expérience narrative déroutante

Test - Virginia, une expérience narrative déroutante

 Avorpal
Rédigé par Avorpal
Publié le 26/09/2016

Écrire ce test de Virginia, le jeu narratif conçu des mains du studio Variable State, va se révéler être une sacrée épreuve. En effet, rarement un jeu nous avait à la fois captivé à ce point et laissé dans un tel état d’incompréhension à la fin. Quoi de mieux alors, afin de démêler le sac de nœuds que représente notre ressenti, qu’une petite séance d’écriture afin de vous parler de cette expérience vidéoludique hors norme ?     

Note : Un concours pour gagner une copie du jeu sur PS4 est en cours et ça se passe ici.

Toujours plus vite

Anna Tarver, jeune recrue du FBI, se voit remettre une double mission de la part de son supérieur à peine quelques jours après la remise de sa plaque officielle. Elle doit tout d’abord assister Maria Halperin, une agente chargée d’enquêter sur la disparition du jeune Lucas Fairfax. En parallèle, Tarver devra également remettre un compte rendu sur sa coéquipière aux affaires internes du FBI en surveillant ses faits et gestes.

À ce stade, nous vous conseillons de profiter des premières minutes de Virginia dont la narration reste relativement limpide. Car très vite, les événements vont se bousculer et les scènes font défiler plus vite que des luminaires sur l’autoroute.

En effet, l’originalité de Virginia, outre son absence totale de dialogues, est sa mise en scène. Oubliez les longues marches contemplatives de Firewatch car ici, à la manière d’un film, nous passerons d’une scène à une autre comme si notre histoire avait bénéficié d’un montage cinématographique. Le résultat obtenu est pour le moins surprenant puisque Virginia, malgré ses apparences de jeu qui prend son temps, va vite, très vite. Parfois même trop vite puisqu’il ne nous laissera que très rarement digérer les informations reçues.

Si nous pourrions percevoir cette précipitation comme une malheureuse maladresse, il n’en est pourtant rien tant la narration accélérée et parfois décousue de Virginia devient une véritable signature. Sa marque de fabrique en quelque sorte.

Un mystère pour les embrouiller tous

Alors que le générique de fin de Virginia défile devant nos yeux grands ouverts, nous ressentons le besoin impérial de relancer le jeu une seconde fois car pour être franc, nous ne sommes pas certain d’avoir tout saisi d’un scénario qui, contrairement à la majorité des productions actuelles, ne dévoile pas son intrigue à coup de gros indices peu subtiles mais par petites nuances discrètes.

De plus, étant donné que le récit auquel nous assistons mélange réalité, rêves et hallucinations, il est parfois malaisé de démêler le vrai du faux ainsi que le concret du symbolique. Résultat : nous pataugeons dans les spéculations à n’en plus finir. L’enquête sur la disparition de Lucas devient presque secondaire passé la première heure puisque deux autres fils conducteurs viennent s’y greffer : le passé de Maria Halperin et dans une moindre mesure, celui d’Anna Tarver.

Nous pourrions reprocher à Virginia d’être intentionnellement cryptique, de nous maintenir dans le désarroi sans nous laisser le temps de nous retourner sur les événements passés. Pourtant, avec le recul, Virginia nous apparaitre comme étant un jeu qui ne nous prends pas par la main et qui se veut riche en indices à interpréter. Chaque scène nous dévoile une minuscule pièce de l’énigme et il sera nécessaire de relancer le jeu une seconde voir une troisième fois afin de les assembler mentalement.

Pour toutes ces raisons, il est bien délicat de recommander Virginia. De notre point de vue, nous sommes ici en présence d’un titre qui, jeu narratif oblige, présente très peu d’éléments de gameplay. Pendant les 2 heures que dure l’aventure, vous allez vous contenter de marcher, fouiller et observer. Toutefois, il suffit de considérer que l’analyse des indices en vue de comprendre Virginia est en soi un élément de gameplay excepté qu’ici, ce n’est pas un boss particulièrement retors qui va vous empêcher d’atteindre la « vraie » fin mais un puzzle scénaristique.

bon
SURPRENANT

Notre avis :

Surprenant oui. Nous n’avons pas d’autres mots pour exprimer notre désarroi quant à Virginia. Si le jeu est magnifique, aussi bien pour ses décors que pour ses superbes effets de lumière, difficile d’apprécier intégralement l’œuvre du studio Variable State sans s’y replonger au minimum une seconde fois. Pourtant, grâce à la richesse de sa narration atypique qui se paye le luxe de nous raconter une histoire complexe sans nous proposer une seule ligne de dialogue, Virginia ne peut laisser indifférent. Clairement moins accessible qu’un Firewatch, il finit par nous convaincre que son récit, qui se pose comme une énigme, est en soi un élément de gameplay qui n’aurait rien à envier à un puzzle d’Obduction. Si les jeux narratifs sont de votre goût et que vous vous sentez prêt à vous investir, Virginia est une perle. En revanche, passez votre chemin si vous cherchez une œuvre immédiatement compréhensible car une fois parvenu au générique de fin, vous pourriez ressentir une certaine frustration face au flou scénaristique.

Virginia - Un jeu narratif riche et complexe | Test

vignette pour les réseaux
12 commentaires

Comments

 chefgeorges

Jeuvidéo.Com a mis un... 9/20 Surpris . Mort

J'ai pas compris... ok, il est clairement imparfait et assez déroutant, mais c'est quant même ultra sévère !

Ce qui est sûr, c'est qu'il ne laisse personne indifférent Content Moi, mon choix est fait, dès que possible je l'essaye ! Joyeux

 Avorpal
Avorpal 03 October 2016 à 17h00

Ahah en même temps j'ai l'impression que ceux qui n'aiment pas sont ceux qui ragent de ne pas avoir compris. Ex dans les commentaires du test, un mec met 2/20 en disant qu'il n'a rien pigé et qu'il pense que les développeurs ont eu la FLEMME de mettre des dialogues xD Ouuuuuui bien sûr.

 Atelier Sentô

Comme Fir3fly03, la démo m'a un peu barbouillé... mais l'univers déroutant et cette idée de montage cinématographique nous attirent tellement qu'il va bien falloir faire un effort.
Merci pour le test !

 wuthrer
wuthrer 27 September 2016 à 09h05

J'ai de la peine à comprendre toutes les reviews positives que je lis sur ce jeu.

J'ai pour ma part été super ennuyé. J'ai aucun problème avec l'interactivité limitée, au contraire. Mais plus qu'un parti pris "original," pour moi ça doit servir le propos. Ce qui, jusqu'à présent dans ma session de jeu d'un peu plus d'une heure, n'a absolument pas été le cas. Pire, je trouve que les moments où le joueur a plus de liberté, ça casse le rythme et les intentions narratives. Je me suis retrouvé à plusieurs moments à vouloir regarder autour de moi, explorer là où il n'y avait rien. Si bien que je me suis senti comme l'acteur d'un film qui aurait mal appris son scénario.

Il y a plein de moments dans le jeu où il faut juste cliquer pour faire avancer la scène. C'est super artificiel, ça sonne comme un alibi pour dire "regardez, c'est un jeu".

Alors oui, le surréalisme quasi lynchien du scénario en général est franchement plaisant et rafraîchissant. Il en va de même pour l'aspect esthétique du jeu que je trouve franchement maîtrisé et intéressé. Entre le propos presque sombre et le rendu général assez doux, la dissonance qui en résulte est intrigante.

Dans le même genre, Thirty flights of loving est pour moi, BEAUCOUP mieux réussi. Plus concis, plus décomplexé quant à son rapport à une interactivité limitée, l'expérience qu'il délivre me paraît mieux maîtrisée.

 Itooh
Itooh 03 October 2016 à 19h42

Merci beaucoup pour la comparaison avec Thirty Flights of Loving ! J'ai beaucoup aimé ce jeu, et je me demandais comment Virginia reprenait les concepts d'interactivités limité et de cut. Pas avec brio, donc.

Je jouerais tout de même à Virginia pour me faire un avis. Mais peut-être que je vais d'abord me lancer dans Quadilateral Robots en priorité !

 Atelier Sentô

Il y a l'article de Kill Screen qui reprend ton argumentaire.
Même si Virginia est à moitié loupé, il vaut peut-être qu'on s'y intéresse ?
Etonnamment même la critique de Kill Screen, pourtant très négative, donne envie de s'y pencher. Elle suscite la curiosité.

Il y a quelque chose du fantasme dans Virginia. Qu'on en sorte déçu ou non n'est pas si important. Peut-être même que ça ne tient qu'à un fil...

 wuthrer
wuthrer 27 September 2016 à 14h24

À un fil... ou des attentes.

J'avoue que les miennes étaient assez hautes, d'où peut-être le contrecoup.

Néanmoins je te rejoins, l'exercice reste intéressant et je ne regrette pas du tout de m'être penché dessus.

 Avorpal
Avorpal 27 September 2016 à 11h33

Et puis ça dépend vraiment des goûts et couleurs de chacun franchement. J'accepte une œuvre imparfaite mais qui tente malgré tout quelque chose et Virginia y parvient très bien. Mieux encore, ma seconde partie a été franchement géniale et j'ai compris beaucoup plus d'éléments de l'histoire (un peu grâce à mes viewers aussi) !

 Avorpal
Avorpal 27 September 2016 à 09h20

Comme je le disais dans mon test vidéo, je sais pertinemment que c'est le style de jeu qui partage. Mais je ne vois pas pourquoi tu serais ennuyé de lire des avis positifs, surtout qu'il en existe des plus mitigés (5/10 le test sur Gamekult par exemple).
Perso, j'ai fait le jeu 2 fois dont une fois en streaming et j'ai adoré chercher des connexions entre les indices. J'ai adoré l'ambiance et plusieurs scènes m'ont clairement marqué. Donc oui, j'ai aimé Virginia et si ce n'est pas ton cas, tu peux éventuellement nous écrire une petite review sur le forum afin de nous donner ton avis qui sera forcément intéressant puisqu'il est différent du mien, j'y passerai pour te répondre Joyeux

 wuthrer
wuthrer 27 September 2016 à 09h43

Je suis ennuyé parce que j'ai l'impression d'avoir rater un truc xD

Mais il est très bien ton test! D'ailleurs je pense qu'effectivement le truc qui m'a manqué c'est de vouloir relier les différentes pièces du puzzle narratif pour en dégager le sens. Je vais sûrement le refaire et me conditionner pour avoir cet objectif en tête.

Pages