Les Carlo d'or 2018 de Seldell

Le top de l'année 2018 de... Seldell

 Seldell
Rédigé par Seldell
Publié le 26/12/2018

Ca y est, encore une année qui s'écoule, et quelle année ! De nombreux jeux attendus depuis plus de 3 ou 4 ans minimum sont sortis, quelques nouveaux développeurs ont été découverts avec des titres originaux, quand ce ne sont pas les nouveaux jeux de studios connus qui sont arrivés. Comme chaque année, nous vous proposerons les tops de l'équipe. On démarre par votre obligé, Seldell, le renard rédacteur et développeur.

Ce jeu que j'ai découvert sur le tard

Ori and the Blind Forest

Cité l'année dernière dans les jeux que je devais absolument rattraper, c'est à présent chose faite ! En 2018, j'ai enfin traversé de fond en comble Ori and the Blind Forest, le joli metroid-like avec une bestiole toute mignonne en guise de héros. Si le jeu est agréable à compléter, j'avoue qu'après Hollow Knight, il m'a été difficile de m'extasier devant tant d'aspects qui avaient l'air d'en faire un jeu extraordinaire aux yeux de beaucoup. J'ai notamment trouvé les phases de fuite assez frustrantes globalement et la progression du jeu très linéaire derrière le côté metroid-like qui faisait croire à une grande liberté. Bref, c'est très loin d'être un mauvais jeu, mais j'aurai du mal à le placer sur un piédestal comme beaucoup, même si je comprend que les graphismes et Ori jouent dans l'affection qu'on lui porte en général.

 

Les 3 jeux préférés de Seldell en 2018

Celeste

Lors de sa sortie, j'étais loin d'imaginer que j'apprécierai autant Celeste. Si les niveaux de l'histoire principale proposent déjà un défi en eux-même, c'est réellement à travers les niveaux alternatifs bien plus durs que j'ai commencé à l'adorer. Le jeu propose en effet plusieurs niveaux de difficulté entre un contenu principal assez accessible et un supplémentaire pour prolonger l'expérience et parfaire sa maîtrise. Et c'est justement ce que Celeste nous apprend le mieux : se dépasser dans des niveaux qui nous semblent trop compliqués.

Entre les graphismes et la musique mémorables, l'apprentissage est une vraie partie de plaisir dans lequel on se surprend à passer sans difficulté des passages qui nous posaient tant problème plus tôt. Les niveaux se renouvellent, mélangent des mécaniques qu'on pensait pourtant connaître par cœur, étendent l'usage de certaines d'entre elles de façon inattendues pour surprendre toujours davantage au fil de la progression. Bref, un jeu auquel on prend plaisir à jouer et à rejouer et qui sait occuper de très longues heures.


Return of the Obra Dinn

Return of the Obra Dinn est mon "The Sexy Brutale" de 2018, c'est à dire un jeu d'enquête qui m'a emporté avec lui alors que je ne pensais vraiment pas du tout apprécier le genre une seule minute. Déterminer le destin de 60 âmes sur un vaisseau ayant été perdu en mer a de quoi intriguer, s'il ne repousse pas devant la difficulté de la tâche. Et pourtant, ce jeu surprend à bien des niveaux. Des graphismes inhabituels, une mécanique de gameplay originale, des plans figés qui racontent davantage que des scènes animées,  une musique indissociable et une histoire qui se met en place progressivement.

Mais si la forme du jeu est efficace, le fond l'est tout autant. L'enquête se révèle passionnante dès lors qu'il ne reste plus qu'à trouver les indices une fois pour toute en traversant les nombreuses scènes de vie (et de mort) de l'Obra Dinn. On commence peu à peu à reconnaître la soixantaine de visages à bord du navire, à faire des liens, à réorganiser les événements, pour finalement regrouper une à une les briques qui composent la réponse à cette aventure. The Return of the Obra Dinn fait partie de ces jeux qu'on rêverait d'oublier pour pouvoir le redécouvrir et se jeter à nouveau à corps perdu dans la recherche d'indices à associer pour résoudre des mystères.


The King's Bird

The King's Bird est ce genre de jeu dont on voit un trailer en se disant un "mwepf" désintéressé. Les graphismes sont jolis mais n'ont plus rien de très originaux, le gameplay a l'air sympa sans être novateur, le level design semble plutôt banal... et pourtant. Manette en mains, peu de jeux de plateformes m'ont semblé être aussi grisants au point de me rendre parfois euphorique dans certaines phases lorsque son personnage file à toute vitesse à travers les niveaux. La mécanique de dash permettant de prendre de la vitesse n'est pas simple à maîtriser, mais sera ô combien nécessaire comme dans un Dust Force pour espérer atteindre ses objectifs.

C'est ainsi qu'on se retrouvera à bondir, rebondir sur les murs mais aussi et surtout à placer entre les plateformes. Avec une difficulté très progressive, The King's Bird propose également de nombreux checkpoints évitant de recommencer de longs secteurs en boucle. Enfin, la musique bien qu'elle soit discrète, se verra évoluer à mesure que notre personnage prendra de la vitesse pour un tout uni mêlant dextérité, plateformes, et lecture de niveaux.

Difficile de choisir seulement trois jeux, quand on voit le temps que j'ai passé sur Two Point Hospital, Frostpunk ou Into the Breach notamment... mais il fallait bien se décider !

 

Ce jeu qui m'a déçu

Timespinner

Depuis plusieurs années, je suivais la progression de Timespinner. Adorant les metroid-like et étant charmé par les graphismes me rappelant la Gameboy Advance, j'espérais vraiment beaucoup du jeu. Si l'aventure est sympathique, elle reste malgré tout assez quelconque une fois terminée. Le jeu tente pourtant quelques originalités, avec des monstres de compagnie, du voyage temporel ou plusieurs fins, mais rien ne rend l'aventure vraiment mémorable.

Dauphin : Cette année, j'ai aussi été déçu par Wandersong qui proposait une aventure au concept original puisqu'il s'agissait de jouer des sons avec son personnages pour progresser. Malgré cette bonne idée, j'ai trouvé les puzzles un peu trop simples et je ne suis pas parvenu à y jouer plus de deux heures sans m'ennuyer. J'ai aussi été déçu par Megaquarium dont les mécaniques me semblaient juste fastidieuses pour essayer de donner maladroitement de la profondeur au jeu.

 

Ce jeu que je dois absolument rattraper

The Witness

Prochain objectif dans les jeux que je dois faire : The Witness, cette grande aventure composée de dizaines de puzzles pour les amoureux de la réflexion. Mais comme c'est typiquement le jeu que je ne peux pas faire en live, il faudra donc que je trouve du temps en dehors de ces moments, d'autant que le jeu ne semble pas être court du tout avec sa multitude de puzzles qui semblent tous très différentes les uns des autres.

Dauphin : Il serait aussi temps de se lancer sur Hyper Light Drifter qui reste un jeu assez énigmatique malgré les images que j'ai pu en voir. L'adresse nécessaire aux combats pourrait également bien me plaire. Il faudra aussi que je rattrape Undertale ne serait-ce que pour les combats qui m'attirent beaucoup.

 

Ce jeu que je ne pensais pas aimer

Deiland

Dans la catégorie des jeux détente, Deiland est une chouette aventure dans laquelle il faudra commander un enfant sur une toute petite planète. Au fil des jours, il faudra cultiver ses plantes, crafter des éléments et échanger avec les visiteurs des ressources. Si le manque d'action aurait pu me repousser, j'ai au contraire beaucoup apprécié d'être guidé par des objectifs précis et de vivre ma petite vie dans un environnement calme pour se vider la tête.

Dauphin : Je ne suis pas fan des jeux narratifs et pourtant, j'ai beaucoup aimé Seers Isle qui nous raconte l'aventure d'un groupe de jeunes apprentis chamans accostant sur une île pour leur évaluation. Avec plusieurs routes possibles, j'ai recommencé le jeu à plusieurs reprises avec plaisir pour explorer les différentes fins proposées.

Les 3 jeux les plus attendus de Seldell pour 2019

Flynn: Son of Crimson

Financé en 2017, Flynn: Son of Crimson est un metroid-like dont le style graphique ne me laisse pas insensible. Si le gameplay a l'air relativement classique, avec des armes de corps à corps ou un arc, il me rappelle beaucoup Momodora: Reverie under the Moonlight que j'avais beaucoup aimé. Le jeu devrait arriver vers mai 2019, et je compte bien me jeter dessus à cet moment là !

Beaucoup de jeux que j'attendais les années précédentes sont sortis (Timespinner, Chasm ou Aegis Defender). Par contre, il reste toujours un autre metroid-like : Heart Forth Alicia, que j'attends depuis plusieurs années.


Indivisible

Autant Skullgirls ne m'avait jamais intéressé car je ne suis pas fan des jeux de versus fighting, autant Indivisible me plaît beaucoup dans ce que j'ai pu en jouer de sa démo. On retrouve un aspect "presque" metroid-like alternant avec des combats au tour par tour, mais qui sont assez dynamiques dans la mesure où on peut agir au moment de recevoir un coup pour diminuer grandement les dégâts reçus. J'aime aussi beaucoup le chara-design des personnages. Il ne reste qu'à espérer que le jeu arrivera bien cette année. Aux dernières nouvelles, tout le contenu est terminé, mais il faut encore travailler sur les finitions.


Wargroove

Sans aucun doute LE jeu que j'attends le plus cette année côté indés, Wargroove est le jeu de stratégie que j'attendais depuis le dernier Advance Wars, qui est une de mes séries préférées de jeu vidéo. Ici, on semble retrouver tout ce que j'apprécie, du style graphique aux styles d'unités, les généraux, les animations de combats, une bonne campagne et même la possibilité de créer la sienne. Le côté fantasy médiévale me plaît également pas mal pour changer d'univers. Bref, j'ai vraiment hâte ! 

Mes jeux indés favoris de 2018 | Cabaret indé

vignette pour les réseaux
8 commentaires

Comments

 gorf
gorf 18 January 2019 à 21h08

Merci pour le partage Content

 Seldell
Seldell 03 January 2019 à 14h39

J'ai complètement oublié de mettre Project Wingman dans mes attentes. Shame on me Triste

 Sladh
Sladh 28 December 2018 à 16h13

HLD fait parti de mes indés préférés, fonce!

Sinon faut absolument que je fasse Obra Dinn, encore un avis qui encense le jeu c'est très bon signe. J'ai été assez surpris de voir qu'il a remporté le prix de la meilleure DA aux Games Awards face à des mastodontes AAA.

 Seldell
Seldell 28 December 2018 à 16h22

C'est une DA très originale oui, on aimera ou pas. C'était en tout cas osé de conserver celle-ci jusqu'au bout. On se rend finalement compte que ça offre une atmosphère assez spéciale au jeu. C'est pas juste différent dans un délire arty inutile. Je pense que ça a dû faire rager pas mal de monde comme prix Ravi

 Yedenn
Yedenn 26 December 2018 à 19h54

Très bon article comme d'habitude, je sais maintenant que je vais réfléchir à deux fois avant de prendre Timespinner et commencer sans plus tarder The King's Bird.
Concernant les jeux que tu veux commencer, je te conseille fortement Hyper Light Drifter, qui est clairement mon préféré dans ce que tu as cité. Il faut dire aussi que c'est peut être mon jeu préféré, fini en un week-end, avec un ami, chacun sur un ordi, c'était un moment incroyable

 Seldell
Seldell 28 December 2018 à 16h20

Timespinner n'est pas mauvais comme je le dis. Je m'attendais juste à mieux, ou en tout cas à une gestion passé/présent plus approfondi (parce qu'il y a carrément des possibilités). Et oui HLD je le ferai dans les prochains mois Content

 vgp
vgp 26 December 2018 à 14h35

sympa ces petits bilans de cette facon, du bon boulot (comme le reste de l'année).
Je pense qu'Ori est un super jeu mais l'enchainer apres hollow knight n'etait pas la meilleure facon de l'apprécier.
A contrario, moi qui suis tres fan de platformer, j'ai aimé Celeste mais je ne comprends pas pour autant qu'il soit autant mis en avant dans les tops ou qu'il est autant de recompenses. Il est tres bien mais me semble pas si spécial (genre the end is nigh que j'ai joué cette année n'est pas si loin en qualité dans le meme genre)
Et oui il est grand temps que tu joues a hyper light drifter. J'ai moi meme mis du temps avant de m'y lancer et je me demande encore pourquoi tellement c'est un bon jeu.

 Seldell
Seldell 28 December 2018 à 16h19

Oui pour Ori c'est totalement ça. Je ne l'ai pas fait avant HK et ça a tout changé Ravi

Celeste donne envie de se dépasser je trouve, et on sent qu'on s'améliore réellement. Le gameplay du personnage n'évolue quasiment jamais : c'est le level design qui change pour apporter des choses. Donc on n'a jamais à apprendre à manipuler le personnage à nouveau. Il faut juste parfaire sa maîtrise basique de celui-ci pour gagner en précision. Ensuite, ça roule ! Content