Test - Obduction : le nouveau myst-like parvient-il à renouveler la recette ?

 Avorpal
Rédigé par Avorpal
Publié le 08/09/2016

Depuis la sortie de Myst en 1993, le jeu d’aventure à la première personne a connu un succès retentissant auprès des joueurs férus d’énigmes alambiquées, notamment pendant les années 90. Après cette période un peu folle où le summum de l’éclate était de noircir de symboles et de chiffres des post-it jaunes pour tenter de finir ici un Riven, là un Atlantis, la hype est quelque peu retombée. Le point’n click au sens large est passé de mode pour être remplacé par des jeux davantage tournés sur l’action. Mais ça, c’était avant que le jeu vidéo indépendant ne se décide à ressortir le genre du placard pour lui redonner ses lettres de noblesses. Si ces dernières années, un nombre hallucinant de point’n click sont sortis du côté des indé, c’est en octobre 2013 que la boucle a été quelque part bouclée puisque le studio Cyan, créateur de Myst et de Riven, lance un Kickstarter. L’objectif : financer Obduction, son nouveau jeu d’aventure à la première personne qui se poste à la croisée des mécaniques traditionnelles et d’une modernité nécessaire pour espérer séduire un public large. Mais les créateurs du myst-like sauront-ils dépasser leurs anciens succès ?

Bienvenue « étranger »

Les jeux frappés du sceau Cyan ont presque tous un point commun : celui de plonger le joueur dans un monde inconnu, exotique et énigmatique en lui faisant incarner un avatar dénué de personnalité. Dans Obduction, c’est également le cas puisque excepté le fait de pouvoir choisir le sexe de son personnage – qui ne sera visible que via ses ombres projetées – nous ne savons rien de celui ou celle que nous dirigeons. La seule certitude que nous avons est que ce personnage a été accidentellement expédié sur Hunrath, un monde extra-terrestre et surtout, qu’il n’est pas le seul être humain sur place. Une question subsiste cependant : où diable sont-ils tous passés ?

Les premiers pas dans Obduction sont assez perturbants pour qui n’a pas l’habitude des productions Cyan. Hormis quelques cristaux rouges qui nous projettent l’hologramme de certains de ces humains avant leur disparition, aucun indice ne nous est fourni sur la marche à suivre. Ici et là, nous découvrons une vanne, un interrupteur mais le constat est simple : nous ne savons pas ce que nous devons faire. Heureusement, assez rapidement, nous rencontrons Cecil, un homme qui semble en ces lieux depuis très longtemps et qui reste enfermé derrière une porte blindée munie d’un haut-parleur et d’un hublot. Sans rentrer dans les détails, Cecil nous explique bon gré mal gré qu’il existe quatre arbres pour quatre mondes et que pour espérer retourner sur Terre, il vaudra tous les connecter en les abreuvant d’eau. Bien entendu, ne vous attendez pas à une grande aide de la part de cet homme qui restera tranquillement roupiller chez lui tandis que vous vous taperez tout le boulot.

De sublimes paysages

Un premier constat : Obduction est beau, très beau. Chacun des mondes visités tranche avec les trois autres, tant au niveau de son level design que de son ambiance. Il n’est pas rare de se surprendre à admirer le paysage et à l’immortaliser grâce à un système de prise de photographies intégré au jeu. Mais si vous avez lancé Obduction, ce n’est pas seulement pour ses beaux yeux mais pour résoudre quelques grosses énigmes n’est-ce pas ? Rassurez-vous, le challenge proposé par Obduction sera à la hauteur de vos espoirs. Afin de parvenir à l’une des deux fins, vous allez devoir cogiter sec ! Dans l’ensemble, les énigmes rencontrées sont assez bien équilibrées et demanderont avant tout un sens de l’orientation, de l’observation et beaucoup de logique plutôt qu’un doctorat en physique quantique.

Seul bémol : passé la moitié du jeu, Obduction abuse d’une mécanique lors de ses puzzles, celle de la téléportation. En effet, vous trouverez régulièrement des sphères qui une fois activées, vous expédieront vers un des trois autres mondes, emportant avec vous un morceau de la zone dans laquelle vous vous trouvez. C’est sur point précis que repose bons nombres d’énigmes vers la fin du jeu. D’un côté, le manque de diversité se fera fatalement ressentir et de l’autre, nous en finissons même par maudire ces sphères. Explications.

Une optimisation qui pèche

Pour parler très rapidement configuration, ce test a été réalisé sur un Intel Core i7 4790K doté d’une GeForce GTX 970 et de 16GB de RAM. Soit une machine correcte faisant tourner facilement la plupart des jeux sortis cette année. Le problème rencontré avec Obduction est que le passage d’un monde à l’autre via la téléportation entraine des temps de chargement allant de 3 secondes à plus de 10 secondes. Si au début, le besoin de se téléporter est suffisamment espacé pour nous faire oublier ce désagrément, il arrive par la suite qu’une énigme – celle du labyrinthe notamment – repose sur l’utilisation consécutive de ces sphères.

Ainsi, au lieu d’avoir à faire face à un puzzle complexe et juste, nous enchainons les téléportations aux temps de chargement infinis entrecoupé de marche à pied. On repassera pour l’amusement sachant que même en écartant ce désagrément, ces passages nous ont paru peu inspirés contrairement au reste du jeu. Une déception qui ne plombe pas la totalité du jeu mais qui est à prendre en compte avant de passer à l’achat.

Un level design ingénieux

Malgré tout, Obduction reste très plaisant. Son level design, rappelant particulièrement Dark Souls 1 et 3, est suffisamment bien goupillé pour nous permettre d’ouvrir des raccourcis à certains endroits clés afin d’y revenir plus facilement par la suite. Côté ambiance, la direction artistique, variée et inspirée, se combine à merveille à la musique d’ambiance (dont nous vous parlions dans un article consacré) et nous assure de passer un excellent moment sachant que derrière ce joli enrobage se cache un scénario subtile qui ne se dévoilera qu’à travers les notes découvertes à droite à gauche et nos propres déduction.

Bonus : il existe deux fins – trois si l’on compte une mort prématurée de notre personnage à mi-parcours – toutes très différentes et qui concluent de manière radicalement différente Obduction avec une bonne et une mauvaise chute. Seule déception : ce ne sont pas nos actions durant le jeu qui détermineront la fin à laquelle nous avons le droit mais à une petite manipulation à faire ou non dans la toute dernière ligne droite de l’aventure.

bon
PRENANT MAIS…

Notre avis :

Obduction a de nombreux arguments en sa faveur : une direction artistique de haute volée, une ambiance folle, de l’énigme bien pensée dans l’ensemble… Malheureusement, la fin du jeu est gâtée par la pénibilité de son système de téléportation qui, inclus dans certains puzzles, rend l’exercice lourd et ennuyeux. Et puisque Obduction semble mal optimisé, il est fort possible que vous deviez subir de longs, très longs temps de chargement lorsque vous passez d’un monde à l’autre. Ceci dit, si vous êtes nostalgique des bons point’n click à la première personne, vous devriez y trouver votre compte puisque dans l’ensemble, Obduction se laisse apprécier et ne rougit pas de la comparaison avec ses prédécesseurs de la saga Myst du même studio.
vignette pour les réseaux
23 commentaires

Comments

 Midare
Midare 11 septembre 2016 à 10h02

Hum... Je suis un grand fan de Myst, particulièrement le troisième, et j'avoue que Obduction me tente ÉNORMÉMENT. Cependant il y a un truc qui me titille. Est-ce que le jeu se démarque d'un Myst ? Parce que je ne vois pas pourquoi il faudrait acheter ce jeu alors qu'il y a déjà 5 excellents Myst (bon d'accord 4, le 5 est en demi-teinte).

 The_Icehouse

Si tu connais Myst 1 à 5 (et Uru), tu devrais logiquement aimer ce genre de jeu. Je pense que oui, il se démarque suffisamment de ses ainés. Ici on te propose une nouvelle expérience : c'est une bonne raison de s'y intéresser, au prix fort pour soutenir les devs, ou au moins en promo plus tard.
Le monde d'Obduction n'a rien à voir avec celui de Myst je trouve, et le style graphique moins réaliste s'éloigne de cette série (il suffit de voir les rochers taillés au couteau dans Obd - c'est un style, mais très loin d'un Riven par exemple). Pour moi Obduction est un jeu de réflexion/exploration de bonne facture, mais il lui manque le côté onirique et l'immersion des Myst. Tout dépend de ce que l'on cherche !

 Avorpal
Avorpal 11 septembre 2016 à 10h32

Difficile de répondre à ça il y a beaucoup de points communs avec Myst forcément mais d'un autre côté, il apporte certaines choses que tu ne trouveras pas dans un Myst. Après si tu les as vraiment tous fait, je pense qu'Obduction ne vas pas t'apporter quelque chose de vraiment rafraichissant, surtout à cause des défauts mentionnés. Voilà Joyeux

 Wandsoul
Wandsoul 11 septembre 2016 à 01h49

Merci pour le test, je me laisserais bien tenté tiens! Joyeux

Par contre pour le souci des chargements, est-ce que le test a été effectué avec un disque dur HDD ou SSD?

 Avorpal
Avorpal 11 septembre 2016 à 10h37

Le jeu est installé sur HDD (j'ai un SSD mais je ne l'utilise pas pour mes jeux). Même si ça pourrait valoir de tenter le coup afin d'opti les temps de chargement, ce n'est pas la majorité des gens qui peuvent jouer sur un SSD Ravi

 Wandsoul
Wandsoul 11 septembre 2016 à 14h10

Un SSD, c'est pas donné à tout le monde, contrairement à un i7, une GTX970 ou 16GB de Ram. C'est tellement évident... Sifflote

En tout cas merci pour la précision, on attendra le retour de ceux équipés dudit disque dur pour en savoir plus sur le confort apporté, ou non.

ps:
j'ai été voir la config recommandée sur la page du jeu, et il est précisé ceci: SSD highly recommended

 Avorpal
Avorpal 11 septembre 2016 à 18h10

Ahah mais je l'ai le SSD tu penses bien mais bon je pensais pas qu'il aurait fallu que j'installe un jeu dessus, j'ai n'ai jamais eu ce souci Joyeux J'y penserai si je veux le speedrunner Joyeux

 Wandsoul
Wandsoul 12 septembre 2016 à 12h55

J'avoue être particulièrement surpris par tes mots.
Un SSD est reconnu pour traiter les données plus rapidement, il est donc conseillé d'installer son système d'exploitation dessus, ainsi que les "logiciels exigeants" pour une productivité accrue. Les jeux font donc clairement partie des logiciels à installer sur SSD, d'ailleurs ce n'est pas nouveau que les joueurs s'attardent sur ce point de la vitesse de leur DD. Pas besoin d'attendre "un souci"... bref j'ai bien fait de poser la question à ce que je vois Clin d'oeil

 Avorpal
Avorpal 12 septembre 2016 à 13h35

J'ai quand même installé sur mon DD classique des jeux bien plus gourmands et exigeants sans problème de chargement comme j'ai pu en avoir dans Obduction donc je pense malgré tout qu'il y a peut être un léger problème d'optimisation de ce côté là Joyeux

 Wandsoul
Wandsoul 12 septembre 2016 à 18h25

... et ça ne risque pas d'être les dév' eux même qui vont te contredire sur cette optimisation perfectible puisqu'ils recommandent FORTEMENT l'utilisation d'un SSD. Surpris

Maintenant, admet que lire un test qui évoque un souci technique sans même effleurer la solution, et réaliser ensuite que c'est dû au fait que la configuration recommandée n'a pas été respectée lors du test, ça a de quoi laisser un peu perplexe. Blasé
Mais rassure-toi, ce n'est pas une faute lourde, et tu n'es pas le seul a agir ainsi. (Et non je ne pense pas aux rédacteurs de l'équipe d'Indiemag en disant ça) Clin d'oeil

Pages