The Beginner's Guide, l'après The Stanley Parable | TEST

Test - The Beginner's Guide, le jeu vidéo transcendé

 At0mium
Rédigé par At0mium
Publié le 02/10/2015

Pfiou. Une nuit est passée après avoir découvert The Beginner's Guide, mais l'empreinte qu'a laissé cette expérience est intacte. Nouveau projet de Davey Wreden, l'auteur derrière The Stanley Parable, vous êtes sans doute nombreux à attendre un avis sur ce titre avant de vous y intéresser véritablement. The Beginner's Guide n'a rien du jeu traditionnel. Ce test n'a rien d'une critique non plus.

Soyez sans crainte, nous avons parfaitement conscience que vous lirez sans doute ses mots dans l'espoir d'y trouver quelques informations sur The Beginner's Guide avant de vous décider à l'acheter, cet article ne compte certainement pas vous gâcher la surprise de la découverte.

Le complexe du créateur

The Beginner's Guide est un discours. Un discours animé, un discours ludique, dans lequel Davey Wreden nous présente une sélection de prototypes développés par un collègue à lui : Coda. Durant un peu plus d'une heure, on découvre donc plusieurs concepts de jeux allant du plus rudimentaire à l'expérience plus éthérée ; Coda est un personnage complexe et Davey nous propose de le découvrir en nous aidant à analyser chaque détail afin de mieux cerner la psychologie du développeur. Loin d'avoir l'envie de vous parler de game design, l'auteur nous propose surtout une réflexion autour du processus de création.

Le jeu vidéo transcendé

Bien sûr, l'envie de comparer The Beginner's Guide à The Stanley Parable est tentante. Même auteur, même catégorie, on pourrait parler de successeur ou d'héritier mais ce serait passer à côté de l'essence même de l'oeuvre. Ce qui change ? L'intention. Tout simplement. The Beginner's Guide n'est pas drôle. The Beginner's Guide n'est pas fun. On n'en ressort pas avec le sourire, ni même l'impression d'avoir découvert un super jeu. Pour tout vous dire, je pense même pouvoir affirmer qu'il m'est personnellement impossible de le conseiller à quiconque pour la simple et bonne raison que son appréciation dépend d'un facteur bien plus mystique que les affinités avec une catégorie de jeu vidéo. The Beginner's Guide est un message que Davey Wreden a choisi de transmettre en se servant du jeu comme support d'interaction ; c'est un discours personnel, intime, qui a le potentiel de faire vibrer l'âme de tout créatif pourvu d'empathie. L'auteur se fiche complètement du joueur que vous êtes. Ce qu'il vise, c'est l'humain derrière son écran... et qui peut juger de ce qui vous atteindra ou non ?

excellent
-

Notre avis :

Noter, critiquer une telle oeuvre en se basant sur les caractéristiques de son support ? Impossible. Ce serait comme recevoir une lettre chargée d'émotion, la lire et pointer du doigt une faute de conjugaison tout en s'attachant à la mauvaise qualité du papier, avant de la ranger dans un tiroir entre deux relevés bancaires.
vignette pour les réseaux
21 commentaires

Comments

 indie_girl

Encore une "expérience" superbement menée bien qu'elle soit moins "fun" que Stanley Parable. Mais le but est-il de refaire ce qui a déjà été fait? Non, biensûr. On découvre donc un concept tout aussi brillant que dans le premier "jeu", mais abordé d'une façon différente, plus intime, plus "sombre". J'imagine que toutes les personnes ne se sentiront pas forcément concernées, mais pour peu que vous soyez un peu "sensible", le sujet abordé vous touchera sans doute. Comme toujours j'aime beaucoup la construction des univers, ce côté un peu froid et vide, ces murs blancs et ces multiples couloirs, moi je m'y sens bien Content
Il aura été moins percutant pour moi que Stanley Parable sans doute parce que j'avais des "attentes" et que je m'étais déjà acclimatée à ce nouveau style, mais je le trouve brillant malgré tout!
Une expérience à vivre Clin d'oeil

 EgoKoe
EgoKoe 04 October 2015 à 19h29

Ce message n'est à lire que si vous avez fait le jeu ou vu la vidéo Content

C'est plus un commentaire sur l'intention derrière le jeu que sur le jeu lui-même. Il risque d'être un peu hors sujet du coup ^^'

Pour commencer, oui l'histoire du narrateur m'a énormément touché. Mais après avoir lu les commentaires, il y a une chose qui est presque systématiquement oubliée. Le point de vue de Coda.
Ce point de vue est également absent du test (peut être car il "spoil" l'histoire ?).

L'analogie aux lettres n'est pas complètement bonne. Ce ne sont pas des lettres que Coda faisait. Il/Elle tenait un journal intime.
Il/Elle a accepté de le partager avec quelqu'un de confiance, et ce qu'a fait cette personne c'est le montrer à d'autres en leur disant "regardez comme ce qu'écrit cette personne est déprimant, regardez comme elle va mal".
Coda a tellement été touché par ça qu'il/elle a été jusqu’à faire un jeu "punition" dédié au narrateur pour clairement lui montrer qu'il n'aurait jamais dû le faire.

Ce qu'a fait le narrateur avec the beginner guide est juste l'exacte opposé de ce que lui avait demandé son "ami". Il a partagé son journal intime avec tout le monde. Ce qui est juste égoïste et nul.

Il va même jusqu’à mentir aux joueurs (et probablement aux gens à qui il a montré ces jeux). Coda ne voulait pas de lampadaires, le narrateur les as ajouté contre sa volonté, juste parce qu'il trouvait ses travaux trop sombre. Pour reprendre ma comparaison, c'est comme prendre le journal intime de quelqu'un et y ajouter des petits dessins pour le rendre plus joyeux. Chose que personne n'est censé faire Ravi

Comme je l'ai dit au début la démarche du narrateur m'a vraiment touché, et à sa place j'aurais surement fait la même chose. Surtout que le dernier jeu de Coda montre que sa relation avec lui était important pour lui/elle. On ne se donne pas autant de mal pour quelque chose dont on se fiche Ravi (sans compter le fait de faire une suite au jeu après la porte sans levier)
Mais ça ne change pas le fait que, pour moi, le narrateur est le méchant de l'histoire.

PS : Je ne sais pas quel est la part de fiction et de réalité. J'ai pris cette histoire, ou au moins les sentiments derrière, comme étant réel.

 LucieKuminska

Cet oeuvre m'a tout simplement bouleversée. Notamment la salle avec les multiples billes de phrases, j'étais mal à l'aise, comme si je rentrais là où je ne devais pas y être.
Je ne sais pas si ce "Coda" existe , mais prenons le partie qu'il l'est : c'est alors un cri déchirant de repentance et d'amitié.

A faire absolument

 Wandsoul
Wandsoul 02 October 2015 à 22h31

Ok... je sais pas pour vous mais moi quand je vois un "test" qui commence comme ça, je me dis vraiment que ça sens l'ovni à plein nez et ça me donne direct envie.
J'ai lu l'intro, je l'ai rajouté dans ma liste des jeux à faire, j'y jouerais. Point barre. Comme quoi la comm'...

 Fir3fly03

J'étais présente sur le live, j'ai plongé dans cet univers, même sans jouer moi-même. Pendant presque tout le long il y a eu un certains malaise, s'accentuant vers la fin. Je n'en dirais pas plus.

En tout cas ce qui nous est proposé ici (je parle du fond, pas de la mise en forme puisque je ne l'ai pas fait ce jeu, même si pour la forme passer de concepts en concepts j'ai trouvé ça très bien amené et plutôt agréable à voir et bien lié entre-eux) c'est poignant, on se sent vite de trop, pas à notre place. A la fin plein de questions se bousculent, et pour ma part j'espère encore que ce ne soit qu'une fiction. Et si on éprouve de l'empathie assez facilement, c'est plus que prenant, c'est un moment difficile, enfin j'ai trouvé. Pendant le live j'avais cette curiosité malsaine qui voulais connaître le fin mot de l'histoire et ma raison qui me disait de faire une pause pour souffler. C'était assez bizarre.

Peut-être qu'un jour je me le prendrais pour le faire. Mais clairement pas tout de suite, non pas pour attendre une baisse de prix qui semble en déranger certains, mais juste attendre d'être prête à le revivre et par moi-même cette fois-ci.

 wuthrer
wuthrer 02 October 2015 à 14h26

Désolé, mais je ne suis pas d'accord. Je partage dans les grandes lignes ton ressenti, mais ce n'est pas une raison pour s'épargner une critique honnête et analytique du jeu.

Je me permets de copier ici le lien vers l'article que j'ai écrit à ce sujet. Là non plus, aucun spoiler (on est d'accord, ça serait nul) http://uncoindepixel.ch/the-beginners-guide/

Ce n'est pas parce que le jeu sort des carcans habituels qu'il ne peut être critiqué. Au contraire, c'est à la critique de s'adapter et de justement prendre en compte l'intention (comme tu le dis) pour savoir s'il parvient à ses fins.

 Itooh
Itooh 02 October 2015 à 17h59

Je suis aussi d'avis qu'une critique est possible, même pour ce genre d'œuvre !^^ Après tout, le jeu aborde des thèmes, délivre un récit, pose des réflexions… Ça ne devrait pas être tabou d'en parler (plutôt que d'un « gameplay »).
Et d'ailleurs pour moi Beginner's Guide est brillant sur bien des points au niveau de sa narration et son rythme (une deuxième lecture m'a permis de constater que rien n'est laissé au hasard, dans le texte ou la mise en scène).

Mais globalement, je rejoins tout de même ce qu'exprime At0 dans son test (et son Let's Play). Pour donner une idée du jeu et ses qualités sans l'analyser de trop, le discours est réussi ! Content

D'un point de vue plus terre à terre, c'est aussi une excellente chose d'avoir le jeu en français ! Joyeux Ça gagne à être précisé, parce que c'est plutôt rare, surtout pour ce genre.

 Nival
Nival 02 October 2015 à 14h55

Bah... C'est bien une critique que propose At0mium il me semble?

"The Beginner's Guide est un message que Davey Wreden a choisi de transmettre en se servant du jeu comme support d'interaction ; c'est un discours personnel, intime, qui a le potentiel de faire vibrer l'âme de tout créatif pourvu d'empathie."

Mais une critique d'une œuvre, et pas d'un "bête jeu-vidéo".

"Noter, critiquer une telle oeuvre en se basant sur les caractéristiques de son support ? Impossible."

(ce qui ne veut pas dire qu'il s'abstient de tout jugement, mais que ce jugement ne peut pas raisonnablement s'entendre en simple terme de "gameplay", "level-design" ou "durée de vie")

_____________

Après je suis allé voir la critique que tu proposes et j'avoue que la teneur manifestement plus approfondie de l'analyse m'a de fait retenu de la lire, car trop à risque à mon sens d'en révélé certains éléments de découvertes (même si pas des éléments factuels), j'y reviendrai sans doute UNE FOIS le jeu fait.
J'ai juste lu ta conclusion, qui est intéressante, mais rejoins quand même en partie celle d'At0mium Clin d'oeil . C'est vrai que tu te montres manifestement plus exigent sur la forme adopté ...et c'est pas moi qui te dirai qu'il ne faut pas rester exigent quand on aborde une œuvre, donc ça reste sans doute une critique intéressante Ravi .

 wuthrer
wuthrer 02 October 2015 à 15h09

(ce qui ne veut pas dire qu'il s'abstient de tout jugement, mais qu'il ne peut pas raisonnablement s'entendre en terme de "gameplay", "level-design" ou "durée de vie")

C'est parce que le jeu vidéo ne peut plus être jugé en ces termes depuis bien longtemps. The Beginner's Guide n'est pas le premier à soulever ces questions et les mettre à mal. Pour qu'une critique soit utile désormais, elle doit cerner l'intention, ce que At0mium fait au plus juste, avec d'excellents mots que moi-même je n'aurai pas mieux trouver.

Mais ENSUITE, il faut savoir si les moyens utilisés par le jeu servent cette intention, oui ou non. Et là, on en parle pas!

Oui, The Beginner's Guide est un jeu touchant, intéressant. Mais nous devons aller plus loin, pour comprendre pourquoi et comment. Bien sûr, je comprends que l'idée de l'article c'est de ne rien spoiler au possible, ce qui est tout à fait normal et bienveillant. Mais c'est tout à fait possible de le disséquer sans en dévoiler ce qui fait tout son intérêt scénaristique. Crois-moi, je suis le premier à crier quand on ne me spoile ne serait-ce que les bribes d'un titre que j'attends ardemment XD

Les jeux de ce type existent depuis longtemps, à la différence que celui-ci profite de la notoriété et de la visibilité de son créateur. Mais ce qui m'embête le plus, ce n'est pas ça. En le "jugeant" différemment que d'autres jeux, on tend à le mettre de côté et à ainsi à le catégoriser sous "autres". Je ne suis pas d'accord. Ce n'est pas parce qu'un jeu est chargé d'un message personnel, intimiste, qui joue sur un gamefeel à l'opposé de ce qu'on a traditionnellement l'occasion de vivre, qu'il est à considérer en parallèle aux autres jeux. Les jeux changent, évoluent. Ces nouvelles créations ne doivent pas être mises de côté par la critique, c'est les marginaliser. Ils ne méritent pas ça, même si la démarche m'apparaît comme bienveillante.

 Nival
Nival 02 October 2015 à 16h02

Tu dis toi-même, là, 3-4 lignes plus haut, qu'il propose une expérience vidéo-ludique "à l'opposé de ce qu'on a traditionnellement l'occasion de vivre" Clin d'oeil .

Donc le considérer comme "à part" et le juger sur des critères moins "traditionnel" ne semble pas dénué de sens. Surtout si justement le testeur (libre à lui!) éprouve cette sensation de quelque chose de différent, qu'il ne pourra pas juger de la même façon qu'il juge la pluspart des autres jeux-vidéos.


"le jeu vidéo ne peut plus être jugé en ces termes depuis bien longtemps"

Ah? Je n'ai pas de stats sous la main, mais ça m'étonnerait que les jeux qui n'axent pas l'expèrience qu'ils proposent sur ces aspects parfaitement classiques représentent plus de 0,1% du temps de jeu de l'ensemble des consommateurs de jeu-vidéo....
Or je vois mal ce qui peut être plus représentatif de ce qu'est l'essence du jeu-vidéo qu'une forme représentant plus de 99% de ce qu'il propose, de fait de ce que les gens en attendent, et au final de ce qu'il représente culturellement.

Qu'il y ait en périphérie de cela des jeux atypiques qui tentent d'utiliser le support pour véhiculer "autre chose" est assurément acté de longue date, ça n'en fait pas moins, encore en 2015, des œuvres singulières, en marge, à part, qu'il serait bien erroné de présenter autrement (et de juger sur les mêmes critères que 99% des autres jeux, qui gardent un modèle parfaitement traditionnel et qui est la représentation première qu'en a le public, modèle qui concentrera de fait l'essentiel de ses attentes et de son jugement, que tu le veuille ou non ; or une critique, tu la rédiges bien pour un public, non?).

Pages