Notre test de The Girl and the Robot, le plateformer/puzzle aux inspiration Ghibli et ICO

Test - The Girl and the Robot est-il à la hauteur de nos espérance ?

 Avorpal
Rédigé par Avorpal
Publié le 22/08/2016

C’est l’histoire d’un jeu nommé The Girl and the Robot qui, par une fraiche matinée d’octobre de l’an de grâce 2013, se révéla au monde via une campagne sur Kickstarter. Le projet, grâce à ses ambitions et à la relation qu’il dépeint entre une jeune fille prisonnière d’un château et un robot, trouva son public et un soutien financier. Les années passèrent et The Girl and the Robot se fit de plus en plus espéré puis peut être quelque part, de plus en plus oublié. Maintenant que la longue attente a pris fin, l’heure est au verdict !

Puzzles in the castle

The Girl and the Robot est un jeu qui mélange exploration, puzzle et plate-forme dans un univers cantonné à un immense château. Nous incarnons une petite fille enfermée dans une tour du château qui se voit libérée par un mystérieux vieil homme. Rapidement, la petite fille va découvrir un médaillon qui va la lier à la vie et à la mort avec un robot. Toute la partie gameplay de The Girl and the Robot est alors assurée par les spécificités de chacun des deux personnages que nous contrôlons.

La fille peut sauter, se glisser dans des endroits exigus ou encore réparer son compagnon tandis que le robot assure les combats et le déplacement des caisses lourdes. Grâce à cette complémentarité, nous pouvons ainsi résoudre les puzzles qui jalonnent l’aventure. De ce côté, rien de bien méchant, les énigmes sont bien conçues et il est facile de comprendre quoi faire pour avancer sans trop de difficulté. En revanche, une autre partie du jeu beaucoup moins plaisante est celle des combats.

Mode tank activé

Pendant nos errances dans le château, nous rencontrerons parfois des ennemis, qui se trouvent être des robots sous les ordres de l’antagoniste de l’histoire : la sorcière. Il sera alors crucial de mettre la petite fille à l’abri avant de sortir les armes avec notre robot sous peine de se voir punir d’un game over. Et c’est sur ce premier point que le bât blesse : la maniabilité lors des combats est lourde, imprécise et accuse même de certains bugs quant aux comportements de nos ennemis.

Plus d’une fois – même si c’est loin d’être systématique – ces derniers s’arrêtent de marcher voire tournent le dos à notre personnage, ce qui nous permet de l’achever grâce à un coup mortel. Pendant l’exploration, cette maniabilité pose heureusement moins de soucis et il est alors possible de profiter de l’aventure sans heurts et d’apprécier la beauté de certains passages et la modélisation réussie de nos deux héros.

Un jeu en deux parties

L’histoire, contée à travers quelques cinématiques éparpillées ici et là, reste agréable à suivre même si elle s’avère déroutante sur le long terme. En effet, puisqu’il n’y a aucun dialogue, texte ou doublage, nous avons des difficultés à nous impliquer dans le scénario ainsi que dans cette relation pourtant si touchante entre cette jeune fille et cet être d’acier. Tout cela couplé à des phases d’explorations longtemps vide de musique et des décors parfois fabuleux mais sans vie font de The Girl and the Robot un jeu qui semble manquer de finition.

C’est d’autant plus surprenant qu’après environ cinq à six heures de jeu, un cliffhanger suivit d’un générique nous annonce la fin de l’acte 1 du jeu, sous-entendant nécessairement un acte 2. Peut-être aurait-il été plus clair pour les joueurs de l’annoncer sur les pages Steam et Humble Bundle, sachant que le prix à moins de 10€ du jeu n’aurait certainement pas empêché un achat. En bref, The Girl and the Robot s’avère en dessous de nos attentes même si nous espérons que ces quelques défauts seront gommés lors de l’acte 2.

moyen
DéCEVANT

Notre avis :

Nous n’allons pas y aller pas quatre chemins : The Girl and the Robot n’est pas le jeu que nous attendions depuis 3 ans. Lourdeur de gameplay, ambiance absente et une histoire que nous avons décidément du mal à vouloir suivre. Si l’ost est une très grande réussite, elle n’intervient que de manière sporadique. De plus, le cliffhanger de fin qui nous annonce un acte 2 à venir est surprenant – peu de communication sur le sujet de la part du studio Flying Carpets Games – mais permet éventuellement d’espérer un acte 2 plus abouti. Nous croisons les doigts car en toute sincérité, The Girl and the Robot est un jeu nous aimerions apprécier sans y parvenir pour le moment toutefois. Affaire à suivre !
vignette pour les réseaux
8 commentaires

Comments

 sam oz
sam oz 25 August 2016 à 11h52

Argh dommage, c'est le genre de jeu qui me donne envie de jouer à la base...
De bonnes idées mais mal exploitées, c'est vraiment dommage... Ca me fait penser à Majin and the Forsaken Kingdom ou tu sens qu'il y a du potentiel, mais au final tu oublis le jeu, alors que tu t'attends à en sortir transcendé...

 The_Icehouse

Merci pour ce test. Comme je n'ai pas le temps d'essayer tous les projets qui passent, je vais retirer celui-ci de ma liste. Je me fie à ton avis.

 gueuledegame

Pas très surprenant au vu des vidéos tout de même.

 Athos
Athos 23 August 2016 à 02h23

Oui je ne comprends pas que les gens semblent si étonné! La vidéo montrait déjà clairement bien des faiblesses...

 AlphaPizza

Espérons qu'ils ne prennent pas le même chemin que Woolfe, qui eux aussi espéraient que leur premier épisode se vende suffisamment pour avoir du budget pour faire la suite... on sait comment ça a fini.

 Pompier15

C'est quand même violent ! Il y a quelque chose que je ne comprend pas dans l'article c'est "En effet, puisqu’il n’y a aucun dialogue, texte ou doublage, nous avons des difficultés à nous impliquer dans le scénario" depuis quand c'est un défaut l'absence de dialogue ? Dans Inside ça n'avait pas dérangé par exemple, pourquoi dans ce jeu c'est mauvais ? Bon par contre l'"acte 2" non annoncé c'est quand même un mauvais coup des devs.

 Avorpal

Il faut remettre dans le contexte. Dans Inside, ça avait marché (comme je le dis dans mon test) alors qu'ici, à me yeux, ça ne marche pas aussi bien. C'est une chose d'opter pour une méthode narrative mais personnellement, elle ne m'a pas du tout intéressée (alors que je suis assez habitué aux jeux avec ce genre de narration note le bien)

 Tetriste

Personnellement je pense que c'est le manque de finition sur l'atmosphère qui rend le manque de dialogue lourd.

Métaphoriquement, c'est comme dire que 2 ingrédients qu'on trouve bon séparément vont forcément bien ensemble. C'est faux, et ici, c'est ce qu'on voit. Il n'y a pas de vie, peu de musique, pas de dialogue, pas de narration, somme toute, le vide se ressent fortement, et c'est lourd.